Recherche

Le poète Hha Oudadess a tiré sa révérence

© Copyright : DR

6 décembre 2019 - 22h30 - Culture

Le monde culturel berbère est en deuil. Le poète et militant amazigh Hha Oudadess, alias Mohamed est décedé, jeudi, à Rabat à l’âge de 73 ans.

C’est avec tristesse que la communauté amazighe a annoncé le décès d’un des leurs. Le poète Hha Oudadess s’en est allé. L’enterrement a eu lieu aujourd’hui après la prière de Dohr au cimetière « Achouhada » à Rabat, a indiqué la famille du défunt.

Mais qui est Hha Oudadess ? Il est né en 1947 d’une famille nombreuse et modeste. C’est au Moyen Atlas qu’il a suivi ses études primaires et secondaires. Avec son baccalauréat en poche à Azrou en 1965, il devient instituteur de 1965 à 1967, avant de rejoindre l’École Normale Supérieure de Rabat en 1967, écrit La Releve.

La même année, il devient enseignant au lycée de Rabat puis au C.P.R. de la même ville, et prépare une Thèse de 3e cycle en mathématiques à la faculté scientifique de Rabat. Après avoir obtenu en 1983 un Ph.D en mathématiques pures à l’Université de Montréal, il effectue sa carrière à l’École Normale Supérieure de Rabat de 1983 à 2005.

En 2005, après sa retraite, il se consacre à sa carrière littéraire. Il choisit d’écrire en français mais se laisse convaincre par ses amis qui lui ont conseillé de faire la promotion de sa langue maternelle, Tamazight.

Au nombre de ses œuvres les plus populaires, on peut citer : « Isefrades », qui est un recueil de poésie, paru aux Editions lamine à Rabat en 2002. Il y a eu aussi « Haïkus d’un Amazigh », publié en 2004, une préface de Houssa Yakobi. On peut également citer « pensées éparses » ou Tiwengimin en tamazight, ce troisième recueil de l’auteur, publié en 2019, est composé de poèmes courts. La souffrance humaine, la joie, la gratitude, la nature, la désillusion mais aussi l’espoir, sont les thèmes abordés dans cet ouvrage, précise même source.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact