A vendre : virginité à 500 DH

9 mai 2013 - 13h12 - Maroc - Ecrit par : Fouad Boumnadel

"La virginité ne devrait plus être remise en question au Maroc, au moment où celle-ci peut être recouvrée à seulement 500 ou 1000 dh. C’est une idée archaïque et dépassée qui touche à la vie privée des femmes marocaines". C’est ce qu’a déclaré Charafat Afilal, députée parlementaire du Parti du Progrès et du Socialisme(PPS), lors d’une réunion de la commission de la justice et de la législation, mercredi au Parlement.

En réponse aux propos de Charafat, le Ministre de la Justice, Mustapha Ramid, a souligné le caractère religieux de la virginité en Islam et l’importance qu’elle revêt au sein de la société marocaine. Selon lui, le législateur ne peut émettre des lois contraires aux croyances des Marocains.

Depuis quelques années, il est devenu possible au Maroc de reconstituer l’hymen par la chirurgie plastique (hyménoplastie). Une société chinoise a développé un hymen artificiel constitué d’une fine poche contenant un liquide semblable au sang. Vendu à moins de 300 dirhams au Maroc, il fait un tabac dans le quartier commerçant de Derb Omar à Casablanca.

Les nouvelles mariées, "coupables" d’avoir perdu leur virginité avant le mariage, et craignant la "chouha" (scandale) doivent placer l’hymen à l’intérieur du vagin, une vingtaine de minutes avant le début de la nuit de noces, les unissant pour "la première fois" à leur mari. Dans la plupart des cas, les maris ne se doutent absolument de rien et l’honneur est sauf.

Certains curieux utilisent cet hymen artificiel pour le simple plaisir de simuler la nuit de noces avec leurs femmes ou leurs maitresses.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Charafat Afilal - Mustapha Ramid - Virginité - Ministère de la Justice et des Libertés

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Lenteur d’Internet au Maroc : les critiques d’un député

Le député Ahmed Abbadi du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des représentants a dénoncé le faible débit de la connexion Internet dans plusieurs villes et régions du Maroc, imputant la responsabilité de cette...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...