Impacts du Covid-19 : bientôt, la saison des licenciements économiques

19 septembre 2020 - 18h00 - Economie - Ecrit par : J.K

En raison de la pandémie du Covid-19, les entreprises marocaines sont en proie à un marasme économique, croulant sous le poids des salaires et impayés bancaires. Déjà, plusieurs managers se ruent dans les cabinets de consultation avec pour objet, l’opportunité et le mode d’emploi d’un licenciement massif.

Début avril 2020, environ 142 000 entreprises ont déclaré au HCP avoir arrêté définitivement ou temporairement leurs activités. 89% en arrêt dans l’hébergement et la restauration. Viennent ensuite le textile et cuir, puis les industries métalliques et mécaniques ; dans l’immobilier, 60% des entreprises en arrêt d’activité.

Les chefs d’entreprise de plus en plus préoccupés par ces temps de morosité économique due à la pandémie du coronavirus, et bien des employés redoutent l’utilisation massive des licenciements économiques, vus comme le couloir qui va les expédier dans la précarité.

Des banquiers font déjà l’option des licenciements massifs avec des motifs comme ce qu’un responsable juridique d’une grande banque appelle « la non-atteinte d’objectif de production par un salarié ou la perte d’employabilité ».

Selon L’Economiste, les prévisions du secteur bancaire sont des plus sombres avec la montagne des créances en souffrance : 77 milliards de DH à fin juillet 2020. Les impayés de crédits à la charge des entreprises est de 44 milliards de DH. La Banque centrale redoute une hausse des créances non honorées. « Le Maroc voit sa cote de risque révisée. Elle passe du risque faible à risque modéré ».

Ainsi, certains praticiens du droit, au regard de la forte sollicitation des consultations sur l’opportunité et le coût financier d’un licenciement massif, annoncent une grande saison de procédures collectives, fait savoir la même source.

Devant ce sombre tableau, le patronat plaide pour la flexibilité du code du travail avec « la réduction de la masse salariale pour sauver l’entreprise ».

Sujets associés : Emploi - Crise économique - Chiffre d’affaires - Effondrement - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les choses se précisent pour les licenciements à Royal Air Maroc

La gouverneure de Hay Hassani, Khadija Benchouikh a donné carte blanche à la direction de Royal Air Maroc (RAM) pour opérer les licenciements économiques. D’ores et déjà,...

Voici les trois épreuves qui attendent l’économie marocaine

Analysant les récents développements observés sur les scènes internationale et nationale, Mohammed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de...

Royal Air Maroc : vague de licenciements en perspective

On en sait un peu plus sur les raisons de la convocation du comité d’entreprise de ce jour à Royal Air Maroc (RAM). La direction entend procéder à des licenciements afin de...

Défaillances d’entreprises : le Maroc sous menace permanente

Les entreprises marocaines vont connaître une augmentation de 14% des défaillances cette année, ce qui représente plus du double de l’augmentation de 6% que le pays a connue en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Les Etats-Unis, premiers importateurs de l’artisanat marocain

Après des périodes difficiles dues au Covid-19, la relance du secteur de l’artisanat se confirme. Durant les sept premiers mois de l’année en cours, les exportations des produits artisanaux marocains ont connu une augmentation de 21 %.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

Tournage de films : le Maroc et Netflix en discussion

Le ministre marocain de la Culture, Mehdi Bensaïd, a rencontré lundi l’envoyé spécial du président de Netflix. Objectif, négocier l’installation de la plateforme américaine au Maroc pour augmenter le chiffre d’affaires annuel des tournages étrangers...