11 septembre : un Marocain conteste son étiquette terroriste après sa peine de prison

30 juillet 2023 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Un tribunal allemand avait condamné un Marocain pour son implication dans les attentats du 11 septembre, avant de l’expulser vers le Maroc en 2018. Aujourd’hui, l’homme plaide pour son retrait de la liste des terroristes.

Mounir al-Motassadeq demande son retrait de la liste des terroristes, car les personnes figurant sur cette liste onusienne sont soumises à des restrictions importantes dans le monde entier telles que des restrictions de voyage et le gel des avoirs. Actuellement, un ombudsman récolte des informations sur le Marocain dans divers pays, notamment en Allemagne. Il s’y est rendu pour rencontrer des autorités pénitentiaires. L’examen de la requête du Marocain pourrait durer jusqu’à un an et demi. Après quoi, il reviendra au Comité des sanctions d’Al Qaïda à New York de rendre la décision finale. Mais les chances de Motassadeq sont minces. Et pour cause, le gouvernement allemand a fait savoir à l’ONU, il y a plusieurs semaines, qu’il ne soutiendrait pas le retrait de Motassadeq de cette liste, rapporte Der Spiegel. Raisons évoquées : selon des sources sécuritaires, il est toujours considéré comme un héros dans le milieu islamiste. Le Marocain a reçu la visite de djihadistes jusqu’à la fin de sa peine, affirment les mêmes sources.

À lire : Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

En 2001, un tribunal régional d’Allemagne avait condamné Motassadeq à 15 ans de prison ferme pour complicité de meurtre et appartenance à une organisation terroriste. Il était accusé d’avoir aidé la cellule terroriste de Hambourg responsable des attentats du 11 septembre » en le finançant à travers les fonds d’Alshehhi. Des fonds qui servaient à couvrir la formation des pilotes de cette cellule dirigée par Mohammed Atta à Hambourg, à laquelle le Marocain avait appartenu de 1999 au 11 septembre 2001. Celui qui avait reçu une formation en Afghanistan sous l’égide d’Al-Qaïda, avait toujours clamé son innocence tout au long du procès. Reconnaissant toutefois que les assassins étaient des amis proches à Hambourg, il avait assuré qu’il ne savait rien de leurs projets terroristes. En 2018, les autorités allemandes ont expulsé Motassadeq vers le Maroc après qu’il a purgé sa peine.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Allemagne - États-Unis - Terrorisme

Aller plus loin

Les médias allemands comparent les joueurs marocains à des terroristes

Les célébrations par les Lions de l’Atlas de leurs succès à la coupe du monde Qatar 2022 ne sont pas du goût des médias allemands. Ceux-ci les comparent aux membres de l’État...

Le terroriste marocain Abu Zubeir Al-Maghribi raconte son incarcération en Iran

Le Marocain Abu Zubeir Al-Maghribi, ancien membre marocain de l’organisation terroriste islamiste Al-Qaïda, actuellement détenu en Libye, raconte l’histoire de son incarcération...

Belgique : la ministre Zakia Khattabi, prise pour une « terroriste »

La ministre fédérale du Climat, Zakia Khattabi, ainsi que l’ensemble de son parti Ecolo, figurent, à tort, parmi les 160 Belges considérés comme des « Frères musulmans » par une...

Pays-Bas : des Musulmans injustement étiquetés terroristes

Aux Pays-Bas, une organisation musulmane appelle l’État à retirer des centaines de Néerlandais, principalement musulmans, de la liste des listes internationales de terrorisme.

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...