L’étonnante résistance des monarchies arabes et l’exception Marocaine

14 janvier 2003 - 12h26 - Culture - Ecrit par :

D’origine récente, données pour dépassées, celles qui ont résisté aux putschs militaires des années 1960 ont encore de bons atouts, estiment les "Etudes de la Documentation française".

À l’heure où l’on évoque à demi-mot le rétablissement de la monarchie en Irak comme alternative à Saddam Hussein, la réflexion sur "les monarchies arabes" qui nourrit le dernier numéro des Etudes de la Documentation française tombe à point nommé.
Fruit d’un colloque qui s’est tenu au printemps 2001 à l’initiative de l’Institut français de relations internationales (IFRI) et de l’Institut des études stratégiques de l’université américaine de Princeton (IET), le dossier s’ouvre sur un constat : les monarchies arabes ont, dans l’ensemble, su résister aux tourments de l’histoire. On les disait condamnées, elles sont toujours debout. Certes, l’Egypte, l’Irak, la Libye, la Tunisie ou le Yémen ont opté pour la République dans des conditions plus ou moins douloureuses bien analysées dans la revue. Mais ailleurs la continuité l’a emporté : huit des vingt et un Etats de la Ligue arabe ont maintenu à leur tête un monarque.

Le bilan est remarquable si l’on songe qu’en un siècle les monarchies, qui constituaient naguère le droit commun des régimes politiques (exception faite du continent américain), ont été laminées un peu partout dans le monde. Seul le continent européen fait figure, lui aussi, d’exception, mais avec une différence essentielle, fait observer l’ancien président de l’Institut du monde arabe, Philippe Ardant : sur le Vieux Continent, le roi "règne mais ne gouverne pas", alors que dans le monde arabe "le roi règne et gouverne".

Cette stabilité est d’autant plus remarquable, notent Rémy Leveau et Abdellah Hammoudi, que les monarchies du Proche-Orient - à l’inverse de celle du Maroc - sont de création récente. Elles sont nées au lendemain de la Grande Guerre de la volonté des Anglais de remodeler à leur convenance l’ancien Empire ottoman. C’était a priori de mauvais augure. Pourtant, la montée du nationalisme arabe au sortir de la seconde guerre mondiale, conduite par une nouvelle génération d’enseignants et d’officiers, n’a pas eu raison de monarchies qui semblaient bâties sur du sable. Elles ont passé l’épreuve du feu contre tous les pronostics, comme elles feront mentir ceux qui, au début des années 1960, classaient les rois parmi les "élites déclinantes". "Qu’ils résistent au changement ou qu’ils prennent la tête de la modernisation, les monarques sont condamnés, aux yeux des penseurs de l’époque, rappellent MM. Leveau et Hammoudi. Ils ne peuvent prétendre bâtir des institutions efficaces, et leur alliance avec l’Occident contribue à miner leur pouvoir."

L’histoire a pris une autre direction et, par un retournement inattendu, le bilan des monarchies ne cesse d’être réévalué. "Elles ne paraissent pas à la longue plus malhabiles que les régimes autoritaires dans la gestion du développement. Elles peuvent même, du fait de leurs liens avec l’extérieur, valoriser la capacité du pays à capter les rentes et les soutiens politiques", font valoir les deux universitaires, pour qui elles "ne sont pas forcément les moins bien armées pour répondre aux défis engendrés par les transformations sociales et idéologiques qui voient aujourd’hui les islamistes reprendre, sous une autre forme, l’héritage du nationalisme arabe".

L’EXCEPTION MAROCAINE

Abondamment traité dans la revue, le Maroc est un condensé des monarchies arabes. Le pouvoir y est d’essence religieuse, et le roi, descendant du Prophète, "contrôle pleinement l’univers religieux", observe Malika Zeghal, du CNRS. Cette appropriation n’a pas empêché la contestation violente sous Hassan II, mais elle a bénéficié à son fils, Mohammed VI. "Le titre de commandeur des croyants est maintenant évoqué par des militants islamistes ou par des personnes sans appartenance politique qui soulignent la dimension religieuse de la légitimité de la monarchie", affirme Mounia Bennani-Chraibi, pour qui la monarchie chérifienne est devenue une "valeur refuge". "La monarchie, écrit l’universitaire en s’appuyant sur des enquêtes sociologiques, émerge comme une garantie de stabilité, voire de bien-être, comparativement aux autres pays arabes et musulmans."

Plusieurs chefs d’Etat héritiers des coups de force militaires des années 1960 sont parvenus au même constat. Au soir de leur vie, ils n’ont eu de cesse de préparer leur succession au profit de leur progéniture. Ce fut le cas - avec succès - du président syrien Assad. Le numéro un libyen et son homologue égyptien paraissent prêts à lui emboîter le pas. "Cette dérive, conclut Philippe Droz-Vincent, constitue un symbole de l’affaiblissement extrême des régimes politiques arabes. La dérive monarchique de certains n’est pas l’indication d’un dynamisme retrouvé par ce biais -mais- l’indice d’un affadissement des régimes".

Jean-Pierre Tuquoi pour lemonde.fr

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Hassan II - Mohammed VI - Histoire

Ces articles devraient vous intéresser :

Rentrée parlementaire : voici le discours du roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI a adressé, vendredi, un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 2ème année législative de la 11ème législature. Le voici dans son intégralité

Maroc : versement imminent des aides pour les victimes du séisme

Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du Budget, a annoncé à Rabat le versement imminent des aides d’urgence pour les familles affectées par le séisme d’Al Haouz. Ces aides, qui s’élèveront à 30 000 dirhams par famille sur 12 mois, seront versées dès...

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Le roi Mohammed VI ne fera plus de discours du 20 août

Le roi Mohammed VI ne prononcera plus le discours de la célébration de la Révolution du Roi et du Peuple le 20 août. Celui-ci, selon le Cabinet royal est trop proche du discours du Trône et celui de la rentrée parlementaire.

Séisme au Maroc : le Roi Mohammed VI passe à l’action

Le Roi Mohammed VIa présidé ce 14 septembre une réunion stratégique au Palais Royal de Rabat, focalisée sur l’activation d’un plan d’urgence relatif au récent séisme d’Al Haouz.

Pour le roi Mohammed VI, la clé du développement en Afrique passe par la mer

Le roi Mohammed VI a annoncé lundi, dans son discours de la Marche verte, son intention de « construire une flotte marchande nationale forte et compétitive », afin d’améliorer le commerce sur la côte atlantique.

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Décès de Khadija Assad : le roi Mohammed VI adresse un message à la famille

Le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de la grande artiste feue Khadija Assad, décédée la nuit dernière des suites d’une longue maladie.

Marche verte : discours du roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI adressera ce dimanche soir un discours à l’occasion du 47ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, annonce le Ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie dans un communiqué.

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.