L’investissement italien au Maroc, 14.000 salariés et 6,1 milliards de Dhs de CA

26 avril 2005 - 12h19 - Monde - Ecrit par :

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les intentions des investisseurs italiens sur le Royaume sont on ne peut plus claires. M. Umberto Tromboni, Secrétaire Général du Comité des Opérateurs Italiens au Maroc (COIM), révèle à nos lecteurs l’importance des investissements italiens dans le pays, et les secteurs ciblés. Par ailleurs, il se félicite des avancées accomplies par le Maroc dans les facilitations de toutes sortes. Seul bémol, il déplore que nombre des PME ont quelquefois des difficultés à faire valoir leurs droits devant la justice. Certes, les investissements italiens, à hauteur de 70 milliards de Dhs seulement, paraissent insignifiants par rapport aux 533,6 milliards de Dhs d’Investissements Extérieurs Directs, mais l’élan reste encourageant.

La Nouvelle Tribune : Quels sont les niveaux actuels des investissements italiens au Maroc ?
D’abord, je voudrais souligner que le COIM, Comité des Opérateurs Italiens au Maroc, est une association professionnelle multisectorielle d’entreprises, de cabinets comptables et de bureaux d’études marocains, dans lesquels une part ou la totalité du capital est d’origine italienne. Le but de l’association (non lucratif) est de constituer un lieu de rencontre pour les entreprises italiennes au Maroc et de créer ainsi des synergies permettant de promouvoir les intérêts des Adhérents et contribuer à l’image positive de l’Italie au Maroc.
Cela dit, les données statistiques plus récentes (2003) concernant nos adhérents, montrent que les entreprises membres du COIM cumulent à peu prés 14.000 salariés et le chiffre d’affaires global atteint 6,1 milliards de Dhs. Le capital social globalement investi est d’environ 1,5 milliard de Dhs, dont 56 % d’origine italienne.
En ce qui concerne les investissements italiens en général, la Délégation Commerciale Italienne (ICE) de Casablanca a récemment publié les données relatives au premier semestre 2004 : sur un total de 533,6 milliards de Dhs d’investissements étrangers, seulement 70 milliards (13%) sont d’origine italienne.

Existe-t-il des secteurs qui sont plus privilégiés que d’autres ?

En faisant référence aux mêmes analyses statistiques, les adhérents au COIM sont presque équitablement repartis en quatre secteurs : Bâtiment, Industrie, Services et Commerce. Par effectif et chiffre d’affaires, le secteur de l’Industrie réalise la part du lion avec 81% et 78 % respectivement, suivi par le Bâtiment (11 % et 7 %), les Services (5 % et 10 %) et le Commerce (3 % et 5 %).
En général, le secteur industriel demande des investissements conséquents et pour cela, les entreprises sont peu nombreuses, mais de grande taille. Pour n’en citer que quelques-unes, les suivantes sont des entreprises qui emploient, chacune, environ mille à quatre mille salariés : ST MICROELECTRONICS (construction de composants électroniques), CIMENTS DU MAROC du ITALCEMENTI GROUP (ciment et béton), SEWS CABIND MAROC (faisceaux de câbles pour véhicule automobile), CRISTALSTRASS (lustres et cristallerie).
Ces données se réfèrent aux entreprises qui adhérent au COIM, mais elles reflètent aussi les données générales sur les entreprises italiennes au Maroc publiées par la Délégation Commerciale Italienne (ICE) de Casablanca, qui se situe au premier rang des investissements du secteur bancaire, suivi par l’immobilier, l’industrie et le tourisme.

Dans vos rapports avec le pays hôte quels genres d’entraves rencontrez-vous ?
Les entreprises qui adhèrent au COIM sont de droit marocain et de ce fait nos entrepreneurs rencontrent les mêmes obstacles que leurs homologues marocains, avec de surcroît quelques désavantages liés à leur nationalité d’origine et aux différents lieu d’implantation : ils ne sont pas marocains et donc ils sont exclus d’emblée des facilitations accordées aux nationaux par les lois marocaines, mais n’étant pas résidents en Italie, ils sont dans l’impossibilité de bénéficier des mesures d’incitation économique prévues par le gouvernement italien.
Une enquête visant à identifier les principales difficultés rencontrées par les membres du COIM avait été réalisée il y a trois ans. Bon nombre des obstacles cités ont été levés grâce aux récentes initiatives du gouvernement marocain. Je citerai la réduction des droits de douane, la nouvelle loi sur les contrats de travail, les aides financières pour la formation professionnelle des salariés. Néanmoins, l’un des nœuds le plus souvent cité par nos adhérents, qui sont, rappelons-le, des petites et moyennes entreprises, demeure la difficulté de faire valoir ses droits devant la justice.
De plus, récemment, quelques-uns de nos membres ont connu l’impasse, dans leurs relations avec la Douane, à cause du redressement de la valeur imposée par l’Administration et des modalités de présentation des cautions. Sur ce point, l’Administration des Douanes s’est montrée disponible à discuter et à expliquer les nouvelles modalités de fonctionnement ; cette ouverture représente sans doute un élément rassurant pour nos adhérents.

Daouda MBaye - La Nouvelle Tribune

Sujets associés : Investissement - Italie - Croissance économique

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Investissement

Le Maroc contraint de recruter des médecins à l’étranger

Depuis quelques années, le Maroc souffre d’un déficit des professionnels de santé. Cette situation qui s’est aggravée avec la crise sanitaire, appelle des mesures d’urgence.

La réouverture de l’Hôtel Lincoln de Casablanca prévue en 2025

Le groupe de développement territorial REALITES en charge de la restauration du futur hôtel Lincoln a annoncé la réouverture en 2025. Le palace sera estampillé Radisson Collection.

Projet Xlinks : le Maroc octroie un domaine de 150 000 ha

Le Maroc a prévu un domaine de 150 000 hectares dans la région de Guelmim-Oued Noun pour la réalisation du projet Xlinks, conçu dans le cadre de la réalisation de l’interconnexion électrique entre le Maroc et le...

Dubaï : les opportunités agricoles au Maroc présentées aux investisseurs

À l’Expo Dubaï 2020, le Maroc a présenté ses potentialités et ses opportunités d’investissement dans le secteur agricole. Objectif  : inciter les opérateurs économiques à opter pour des projets d’investissement...

Maroc : 30 projets d’investissements adoptés pour 11 milliards de dirhams

Réunie mercredi, la Commission des Investissements a étudié et validé 34 projets de conventions et d’avenants aux conventions d’investissement. Ceci, pour un montant global de 11,3 milliards de dirhams qui favorisera la création de 3500 emplois directs et...

Italie

Achraf Hakimi : deux superbes buts et un hommage à Mohamed Abarhoun

L’international marocain Achraf Hakimi garde sa place de faiseur de victoire et l’a démontré encore samedi soir au cours du match qui a opposé l’Inter Milan à Bologne. Grace à un doublé du Marocain, les noirs et bleus se sont imposés à domicile sur le score...

L’Italie va recruter des ouvriers agricoles marocains

L’Italie veut recruter des ouvriers agricoles de diverses nationalités, dont les Marocains. Les demandes d’inscription sont reçues en ligne sur le site web du ministère de l’Intérieur italien.

Achraf Hakimi touché par le coronavirus

L’international marocain Achraf Hakimia été testé positif au Covid-19. Cette mauvaise nouvelle est tombée à quelques heures de la rencontre de son club Inter Milan face au Borussia Moenchengladbach, en Ligue des...

Le Maroc, champion des vaccinations en Afrique

Depuis le lancement fin janvier de la campagne de vaccination nationale, plus de 3,7 millions de Marocains ont déjà reçu au moins une première dose du vaccin contre le coronavirus, soit 9,75 % de la population. Avec ce tableau, le Maroc s’illustre comme...

Maroc : les frontières maritimes restent fermées jusqu’au 7 février

Le transport de passagers par les ports marocains ne sera pas possible avant le 7 février, a annoncé le ministère des Transports, sans préciser si les lignes maritimes seront relancées après cette échéance.

Croissance économique

Fitch Ratings maintient la note du Maroc avec des perspectives stables

L’agence américaine Fitch Ratings a confirmé la note de défaut d’émetteur en devises étrangères à long terme du Maroc à BB+ avec perspectives stables.

Tourisme : le Maroc vise Israël et l’Afrique

L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) explore de nouveaux marchés à fort potentiel pour la relance du secteur. Les pays comme Israël, le Portugal et même l’Afrique, sont à conquérir de toute...

Légalisation du cannabis au Maroc : des retombées énormes en prévision

Le Maroc, qui s’apprête à rendre légal l’usage du cannabis, devrait s’inspirer de l’expérience du Lesotho, devenu un marché mondial vers lequel se ruent les industriels du cannabis, après s’être doté d’une loi sur l’usage légal du...

Les transferts des MRE, un véritable levier de développement

À l’occasion de la journée internationale des envois de fonds à la famille, un débat a été organisé sur les transferts effectués par les Marocains résidant à l’étranger, surtout pendant la période critique de la pandémie du...

Trois mesures pour relancer l’économie marocaine

La relance économique et l’impératif de construire un « État social » s’imposent au royaume durement secoué par la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19, à l’instar de plusieurs pays du monde. Pour relever ces défis qui nécessitent d’importants moyens,...