Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 mars 2023 - 19h00 - France - Ecrit par : S.A

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Latifa Ibn Ziaten est actuellement au Maroc pour notamment le lancement de la 11ᵉ édition de la course pour la jeunesse et la paix. Le sport comptait beaucoup pour son défunt fils. « Entre 500 et 600 jeunes vont courir, fait-elle savoir dans un entretien à franceinfo. Ce sera très beau. Imad aimait beaucoup le sport, il faisait du football, un peu de rugby plus jeune, de la natation et un peu d’athlétisme au début. Il aimait le sport et la culture, il avait toujours un sac de sport ou un livre à la main. Cet hommage signifie beaucoup de choses pour ce grand garçon, ce grand homme que je ne pourrai jamais oublier. »

À lire : Latifa Ibn Ziaten au contact de la jeunesse de Montluçon

Imad lui manque énormément. « Il est toujours présent. […] Je ne souhaite à personne de vivre cela. C’est pour ça que je me suis mise vite sur le terrain : pour qu’aucune autre mère ne souffre comme moi. Cet assassin n’a laissé que des douleurs. Il a créé la terreur, la haine et malheureusement certains Français tombent dans ce piège et quel dommage ! On doit rester solidaires, frères et sœurs, on doit protéger cette humanité et ne pas laisser cette haine grandir. »

À lire : Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Avec le recul, Imad se serait dit fier du combat qu’elle mène au quotidien pour la paix au sein de l’association, IMAD pour la jeunesse et la paix qu’elle a créée en 2012. « Je n’ai jamais pensé que j’allais devenir une femme de terrain, mais j’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles, et même des adultes en difficulté. C’est pour ça que je dois continuer. J’ai deux à trois conférences par semaine, mon agenda est très chargé, mais je ne lâche rien. Tant que j’ai la santé ! C’est une mission que j’ai aujourd’hui. Mes enfants et mon mari m’aident beaucoup. Si ce n’était pas le cas, ce serait difficile pour moi. Et j’espère que quand je n’aurai plus la force, quelqu’un reprendra le flambeau. J’ai perdu un fils, mais aujourd’hui, j’ai beaucoup d’enfants. »

Sujets associés : Terrorisme - Latifa Ibn Ziaten

Aller plus loin

Emmanuel Macron distingue Latifa Ibn Ziaten

Le président de la République française, Emmanuel Macron a promu la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten au grade d’officier dans l’ordre national du mérite pour son...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et...

Latifa Ibn Ziaten : aux yeux de la police, « je n’étais pas une victime mais une coupable »

Latifa Ibn Ziaten, la mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, se remémore « l’accueil froid et brutal » qui lui a été réservé au...

Latifa Ibn Ziaten au contact de la jeunesse de Montluçon

La militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, s’est rendue au lycée Paul-Constans, à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...