Recherche

Le mariage de SM le Roi Mohammed VI aura lieu le 12 avril à Marrakech

© Copyright : DR

19 mars 2002 - 15h52 - Maroc

Dans un communiqué publié aujourd’hui, le ministère de la Maison Royale, du Protocole et de la Chancellerie annonce le mariage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI avec Lalla Salma. La cérémonie de conclusion de l’acte de mariage aura lieu jeudi 21 mars au Palais Royal de Rabat. Les festivités du mariage auront lieu à partir du vendredi 12 avril dans la ville de Marrakech.

"Parmi Ses signes : Il a créé pour vous, tirées de vous, des épouses afin que vous reposiez auprès d’elles, et Il a établi l’amour et la bonté entre vous. Il y a vraiment là des signes, pour un peuple qui réfléchit" (Coran).

Les festivités du mariage béni auront lieu à partir du vendredi 28 Moharram 1423, correspondant au 12 avril 2002 dans la ville ocre de Marrakech, conformément aux traditions consacrées de la Famille Royale et à Ses coutumes authentiques qui ont, de tout temps, constitué la symbiose entre l’illustre Famille Alaouite Chérifienne et les différentes catégories du peuple marocain.

La cérémonie de conclusion de l’acte de mariage béni aura lieu jeudi 6 Moharram 1423, correspondant au 21 mars 2002 au Palais Royal de Rabat.

Puisse Dieu préserver notre Imam pour le bien de Son peuple fidèle et combler le Souverain en la personne de SAR le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’illustre Famille Royale. Dieu l’audient, exauce les voeux de ceux qui l’implorent".

Le mariage au Maroc

Au Maroc, plus que partout ailleurs, le mariage est perçu, sur le double plan social et religieux, comme un acte d’une grande importance, préparé minutieusement comme un évènement familial d’envergure, célébré joyeusement comme une grande fête, à laquelle s’associent outre les familles des deux époux ainsi unis, au destin scellé, leurs proches, leurs amis et leurs voisins.

Valable pour les villes et les grands villages, cette perception ne l’est pas tout a fait quand il s’agit de la campagne, ou cette fête prend une toute autre allure, puisqu’elle mobilise de manière spontanée, un douar tout entier, plusieurs jours durant, dans un élan de solidarité qui donne toute la mesure de l’esprit communautaire toujours plus vivace en zone rurale qu’en milieu urbain, en raison de la nature même de la vie dans la campagne.

Si donc la fête est globalement la même dans l’ensemble du royaume, les rites de sa célébration varient d’une région à l’autre, au regard des traditions locales, le but étant, selon les cas, d’insister, de conforter ou de conférer encore plus d’éclat à tel ou tel aspect de la fête.

Fondamentalement, le canevas est le même au nord du Maroc comme à son extrême sud, à l’est comme à l’ouest. C’est la broderie qui y figure qui offre à l’observateur, la touche de chaque région, et son cachet propre. Tout se passe en effet, comme si chaque région du pays, tient à exhiber fièrement son apport particulier, à mettre en valeur le talent et le doigté de ses hommes et de ses femmes, à faire valoir le soin par lequel ils entourent cette grande cérémonie, ainsi que le respect quasi-religieux des règles régissant son déroulement.

Chaque région souhaite, par son ancrage local, frapper de son sceau, cette broderie nationale, qui se trouve être en fin de compte, une oeuvre commune, rassemblant autour d’elle et dans l’union, l’ensemble du peuple marocain. Chaque région s’ingénie à faire briller de mille feux, ses signaux distinctifs mais très indicatifs de la diversité de notre culture dans la cohésion, de nos contrastes dans l’harmonie, de notre pluralité dans l’unicité, et de notre particularisme dans la globalité.

C’est dans cette large panoplie de repères fort bien établis, de coutumes ancestrales, de valeurs et de convictions, que le Maroc puise les éléments qui font la richesse de son patrimoine identitaire, culturel et civilisationnel.

Les cérémonies de mariage au Maroc, font ressortir, au delà de l’allégresse et de la jubilation qui les accompagnent, les divers aspects de ce patrimoine aux dimensions multiples.

Les étapes de ces cérémonies, qui allient authenticité, traditions et modernité, sont en fait les mêmes partout au Maroc. C’est au niveau de leur organisation et de leur déroulement qu’apparaissent des approches et des conceptions différentes selon les régions.

Le mariage dans notre pays commence par la ’’Khoutba’’, démarche par laquelle la famille du marié demande la main de la mariée une fois ciblée et agréée. S’en suit la conclusion de l’acte de mariage donnant ainsi le point de départ aux cérémonies proprement dites de la célébration de l’union. Vient ensuite le tour du cérémonial du ’’bain’’ pour ’’purifier’’ le corps de la mariée, oeuvre à laquelle s’adonnent à coeur joie, de jeunes filles proches et amies de la mariée qui se trouve soudainement l’objet d’une attention particulière de l’ensemble de son entourage.

Le lendemain, c’est le jour du ’’henné’’, acte parmi tant d’autres tendant à embellir la mariée qui se prête de bonne grâce à des mains expertes ’’les NEKACHATES’’, lesquelles, avec une dextérité avérée, portent sur les mains et les pieds de la future épouse, des motifs attrayants d’une singulière complexité.

Chants et danses inaugurent, accompagnent et clôturent naturellement ce travail d’embellissement qui s’étale sur toute une journée.

Les ’’NEKACHATES’’ seront relayées par la suite par les ’’NEGAFATES’’ qui prennent jalousement en charge l’heureuse élue tout au long du jour ’’J’’. Ces femmes (en général deux à trois), très pointilleuses sur les tous petits détails, veillent à l’habillement de la mariée, à son maquillage, à sa coiffure et même à sa démarche.

La famille du marié, occupée par ses propres préparations tout en suivant de loin, celles de l’autre famille, se manifeste à son tour en apportant à la mariée, dans une procession musicale, riche en couleurs, des présents offerts par son époux. C’est la cérémonie de ’’la hdia’’, moment fort de la célébration de l’union.

Soucieuse de jeter la lumière sur tous les aspects de la célébration du mariage dans notre pays, a l’heure où le peuple marocain a appris avec joie l’annonce de la conclusion jeudi prochain de l’Acte de mariage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la MAP se propose de diffuser une série de ’’papiers’ qui retracent dans les détails, le déroulement de ces cérémonies dans les différentes régions du Royaume.

Le lecteur y verra, que si le peuple marocain est acquis à la modernité, il n’a pas pour autant renié la moindre de ses traditions. Tout au plus il les a adaptées à son mode de vie et aux contraintes qui en découlent.

Source : Menara

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact