Le Tchad honore 40 imams et prédicateurs formés au Maroc

11 juillet 2020 - 06h00 - Monde - Ecrit par : G.A

La 5ᵉ promotion des imams tchadiens sortis de l’Institut Mohammed VI ont été honorés par le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques (CSAI) du Tchad. La cérémonie a eu lieu cette semaine à la grande mosquée de N’Djamena.

Ils sont au total, 40 imams et prédicateurs tchadiens à être concernés par cette cérémonie qui a vu la participation de Abdellatif ERROJA, ambassadeur du Maroc au Tchad, du président de la fondation Mohammed VI des Oulemas africains, du président du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques et des membres des bureaux de ces deux institutions ainsi que de plusieurs imams et prédicateurs tchadiens, thadinfos.com.

Les intervenants ont salué le rôle que joue l’Institut Mohammed VI dans la formation des imams et prédicateurs. En effet, ils accompagnent «  les efforts fournis par le CSAI afin de leur permettre de s’acquitter de leur rôle  ».

Quant aux lauréats, ils ont salué «  la coopération entre le Maroc et le Tchad dans le domaine religieux  ». Ils ont également félicité le roi Mohammed VI et le président Idriss Deby Itno, pour leur leadership, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Tchad - Islam - Hommage

Aller plus loin

Tchad : 41 imams prédicateurs se rendront au Maroc

L’Ambassadeur du Maroc au Tchad a reçu, lundi, dans sa résidence, 41 imams prédicateurs tchadiens, retenus pour une formation à l’institut Mohammed VI. Ces prédicateurs se...

Un programme de formation des imams conçu par le CFCM

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) veut élaborer un programme commun de formation des imams et un plan de lutte contre le radicalisme. L’initiative intervient une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Voici la date de l’Aid al adha en France

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient d’annoncer la date de l’Aïd al-Adha en France. Cette fête intervient le 10ᵉ jour du mois de Dulhijja (12ᵉ mois lunaire).

Début de Ramadan au Maroc : décision ce dimanche

Les Marocains sont fixés ce dimanche 10 mars sur le début et la fin du ramadan. Quand commence le mois sacré au Maroc ?

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Zakat Al Fitr : voici le montant à payer en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer la date du début du ramadan en France, qui commence le 10 mars 2024. Il vient également de donner le montant de la Zakat Al Fitr que devront payer les musulmans en France.

Officiel : l’Aid Al Fitr en France ce vendredi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de confirmer la date de l’Aid al Fitr pour ce vendredi 21 avril 2023.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Ramadan 2023 : la durée de la journée de jeûne selon les pays

Le premier jour du ramadan correspond au 23 mars au Maroc et dans de nombreux pays à travers le monde. Les heures de jeûne durant ce mois sacré pour les musulmans varient d’un pays à l’autre.

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...