Légalisation du cannabis : la Tunisie suivra-t-elle l’exemple du Maroc ?

1er mars 2021 - 10h00 - Monde - Ecrit par : G.A

Le débat sur la légalisation de l’usage du cannabis au Maroc fait écho en Tunisie. Vendredi dernier, un collectif a appelé à la dépénalisation de la consommation du cannabis dans un pays où les sanctions sont très sévères.

En première ligne de cet appel se trouve le député Zied Ghanney, qui a annoncé au cours d’une conférence de presse, son intention de déposer prochainement au Parlement un projet de loi visant à réguler « la plantation, l’industrie et l’utilisation du cannabis ».

La condamnation en janvier de trois Tunisiens à 30 ans de prison chacun pour avoir fumé un joint, a suscité le débat sur la réforme d’une loi jugée rigide. « Il y a un million de consommateurs, dont 400 000 réguliers, c’est presque un dixième de la population et plus de 30 % des jeunes », a souligné Karim Chaïr, du Collectif pour la légalisation du chanvre (Colec), lancé en 2019 avec des associations et experts.

Au Maroc, en attendant l’adoption par le Conseil de gouvernement du projet de loi sur la légalisation du cannabis, la lutte est tout aussi implacable. En témoignent les nombreuses arrestations et les grosses quantités de cannabis saisies, rien qu’au cours de ces derniers mois.

En Tunisie, ceux qui militent pour l’assouplissement de la loi dans ce secteur estiment que « la légalisation peut diminuer la consommation, et donner des moyens financiers à l’État » qu’il pourrait investir dans l’éducation, les installations sportives, ou les centre des désintoxications, a estimé Karim ChaÏr. Entre 1992 et 2018, plus de 120 000 jeunes tunisiens ont fait au moins un an de prison dans des affaires de stupéfiants, selon le collectif. Pire encore, 21,5 % des personnes détenues en 2019 l’ont été pour des infractions liées aux stupéfiants, le cannabis en tête.

Si l’adoption d’une loi pour réformer la législation sur les stupéfiants, semble passer au Maroc, en Tunisie, le Parlement, divisé, est animé par de nombreux courants conservateurs qui risquent de barrer la voie à une telle réforme.

Sujets associés : Tunisie - Lois - Cannabis

Aller plus loin

Cannabis : le Maroc devrait suivre l’exemple israélien

Depuis le début des années 2000, Israël a autorisé l’utilisation médicale du cannabis et même son exportation, en 2019. À voir tous les potentiels dont il dispose, le Maroc...

Maroc : quelles alternatives à la culture du cannabis ?

Le président du conseil provincial de Chefchaouen, Abderrahim Bouazza s’est exprimé sur la culture du cannabis lors d’une séance de débat en ligne au cours de laquelle il a...

Légalisation cannabis au Maroc : une instance scientifique pour orienter

Les autorités marocaines ont mis en place samedi à Tanger, une instance consultative scientifique chargée de faire des orientations techniques dans le cadre de la mise en œuvre...

Une agence nationale de réglementation du cannabis au Maroc

Dans le cadre de la légalisation du cannabis, le Maroc s’apprête à créer une agence nationale dédiée. Les attributions, ainsi que la composition de cette future institution,...

Ces articles devraient vous intéresser :