Les raisons qui penchent en faveur du développement du cannabis licite au Maroc

9 mars 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le Maroc a adhéré à toutes les conventions internationales sur les stupéfiants, autorisant leur usage à des fins licites, notamment dans le domaine médical. Actuellement, le débat sur la légalisation ou non de l’usage du cannabis fait rage, estimant qu’un tel projet risque de porter un sacré coup à la sécurité des citoyens.

Ceux qui militent en faveur de la légalisation de l’usage du cannabis à des fins médicales ne manquent pas d’arguments. Le marché mondial du cannabis médical est en plein essor. Les prévisions de croissance moyenne annuelle sont de 30 % à l’échelle internationale et de 60 % au niveau européen. Ils avancent aussi que de nombreux pays ont légalisé le cannabis médical, voire récréatif. Il y a le Canada, l’Australie, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Suisse, les Pays-Bas, la Pologne, la Suède, la République tchèque, le Danemark, la Croatie, la Grèce, le Chypre, le Brésil, le Honduras, le Chili, la Colombie, le Pérou, l’Uruguay, l’Inde, la Chine, le Liban, le Malawi, le Zimbabwe, la Zambie, l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Ghana, rapporte la MAP.

Le Maroc, mieux que d’autres pays disposent de véritables atouts pour le développement du cannabis médical, cosmétique et industriel. Le sol et le climat sont propices, il y a la proximité du marché européen, actuellement en plein essor. Il y a également le savoir-faire ancestral des agriculteurs traditionnels, etc. Les défenseurs de la légalisation du cannabis pensent que le Maroc doit saisir ces opportunités et se mettre dans l’air du temps, vu la forte tendance actuelle de légalisation du cannabis médical et récréatif dans le monde en général et en Europe en particulier.

Mais avant il faudra passer par l’installation d’une industrie de la transformation et ensuite promouvoir le développement d’une filière industrielle nationale. Cela permettra de sortir du cercle vicieux des trafiquants, les populations engagées dans la culture illicite du cannabis en leur donnant la chance d’intégrer le tissu économique national. La légalisation va améliorer le bien-être des populations, ramener de nombreux jeunes sur le droit chemin. La légalisation permettra d’atténuer considérablement les conséquences néfastes des cultures illégales sur l’environnement et sur la santé publique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Développement - Cannabis

Aller plus loin

Le cannabis marocain attire des industriels américains

Des délégations représentant deux groupes industriels américains manifestent leur intérêt pour le cannabis marocain suite à l’adoption du projet de loi 13-21 relatif à son usage...

Une agence nationale de réglementation du cannabis au Maroc

Dans le cadre de la légalisation du cannabis, le Maroc s’apprête à créer une agence nationale dédiée. Les attributions, ainsi que la composition de cette future institution,...

Le Maroc accuse l’Algérie d’avoir voulu saboter ses efforts pour la légalisation du cannabis

Chakib Al khayari, co-fondateur du collectif pour l’usage thérapeutique et industriel du Kif affirme que l’Algérie a voulu saboter les efforts du Maroc pour la légalisation du...

Maroc : plus de 140 000 ménages vivent de la culture du cannabis

Le Maroc est le premier producteur mondial de résine de cannabis (haschisch), selon le rapport mondial sur les drogues de 2016, publié par l’Office des Nations Unies contre la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...

Aéronautique : le Maroc décolle et concurrence les géants européens

À l’heure où les constructeurs aéronautiques de l’Europe peinent à répondre à la demande, le Maroc travaille à devenir une plaque tournante de l’aérospatiale.

L’aéroport de Tanger fait peau neuve

Le projet de développement et d’expansion de l’aéroport Ibn Batouta, vise à contribuer au développement touristique et économique de la ville de Tanger. La commune apporte une contribution financière.