Cannabis : des Kurdes et Syriens très demandés dans le nord du Maroc

15 avril 2021 - 23h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les cultivateurs du Nord du Maroc, région par excellence de la culture du cannabis, sollicitent l’expertise des Syriens et des Kurdes pour réaliser des forages de puits à des coûts réduits et dans des délais raisonnables.

Des groupes de Syriens et de Kurdes parcourent ces régions pour proposer leurs services à des prix promotionnels, rapporte le quotidien Assabah qui précise qu’en moins de cinq jours, près de 120 puits ont été déjà forés pour un montant variant entre 12 000 et 20 000 dirhams. Les travaux sont réalisés dans des délais très courts et à des prix très abordables, ajoute le quotidien qui souligne l’importance de ces puits pour les producteurs de cannabis qui, pour améliorer leur rendement, ont importé de nouveaux types de graines nécessitant d’importantes quantités d’eau.

Parmi ces nouvelles variétés de cannabis importé, celle dite « Khardala », est la plus prisée, malgré sa cherté. Selon le quotidien, elle est vendue au double du prix de la graine locale et produit 4 à 5 kilogrammes de résine de cannabis à l’hectare contre seulement 2 à 3 kilogrammes pour la graine locale.

Ces nouveaux forages de puits vont mettre fin à la pratique des cultivateurs qui, pour subvenir à leurs besoins en eau, allaient s’en procurer dans les oueds, rendant difficile l’abreuvage des troupeaux. Mais surtout, ils permettront à ces producteurs de cannabis de se préparer pour la prochaine étape de la légalisation du cannabis.

Sujets associés : Eau - Cannabis

Aller plus loin

Les raisons qui penchent en faveur du développement du cannabis licite au Maroc

Le Maroc a adhéré à toutes les conventions internationales sur les stupéfiants, autorisant leur usage à des fins licites, notamment dans le domaine médical. Actuellement, le...

Légalisation du cannabis au Maroc : des retombées énormes en prévision

Le Maroc, qui s’apprête à rendre légal l’usage du cannabis, devrait s’inspirer de l’expérience du Lesotho, devenu un marché mondial vers lequel se ruent les industriels du...

La légalisation du cannabis fait flamber les prix des terres agricoles à Ketama

L’adoption du projet de loi portant usages licites du cannabis au Maroc a suscité un grand intérêt pour les investisseurs de la région de Tanger et autres qui affluent vers...

Maroc : plus de 140 000 ménages vivent de la culture du cannabis

Le Maroc est le premier producteur mondial de résine de cannabis (haschisch), selon le rapport mondial sur les drogues de 2016, publié par l’Office des Nations Unies contre la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Face à la crise de l’eau, le Maroc prend des mesures urgentes

Le déficit en eau potable préoccupe le ministre de l’Équipement et de l’Eau, qui a présidé en fin de semaine dernière la réunion du Comité national chargé du suivi de la situation de l’eau.

Ultimatum pour Veolia au Maroc après la fusion avec Suez

Au Maroc, Veolia, géant français de l’eau et de la gestion des déchets, est dans de sales draps. À l’origine de ses ennuis, la cession de la Lyonnaise des eaux de Casablanca (Lydec), ex-filiale marocaine de Suez chargée de la distribution d’eau et...

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.