Le cannabis médicinal en passe de devenir la première exportation du Maroc

13 mai 2021 - 16h20 - Economie - Ecrit par : J.K

La loi devant rendre légale la culture et l’exportation du cannabis médicinal est actuellement sur la table des parlementaires. Au regard des investissements attendus, le ministre de l’Intérieur souhaite son vote au plus tôt.

Le Maroc est l’un des plus grands producteurs de cannabis sur le plan mondial et le plus grand exportateur de sous-produits illégaux vers l’UE, ont indiqué plusieurs institutions internationales comme l’ONU et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies. Ainsi, avec quelques détails très vite réglés, le royaume est certain de se hisser au rang du deuxième pays à légaliser le cannabis après le Liban. De plus, la légalisation du cannabis à des fins médicales et industrielles serait profitable à environ un million d’agriculteurs de subsistance, surtout dans le Nord du Maroc.

Par ailleurs, légaliser la culture du cannabis pourrait sur le plan politique contribuer à l’obtention des électeurs dans les zones rurales de culture de cannabis. En outre, « le Maroc serait idéalement positionné pour récolter un énorme afflux d’investissements dans les infrastructures nécessaires pour servir son marché lucratif », avait indiqué la société d’études de marché du cannabis New Frontier Data dans son rapport de 2019. Sans oublier que les producteurs auront la possibilité de diversifier la production des produits relatifs au cannabis.

Il faut noter que les démarches entreprises jusqu’ici dans la légalisation du cannabis ont démarré depuis décembre 2020, où le Maroc était le seul pays de la région à voter pour le reclassement du cannabis au cours d’une réunion de la commission des Nations Unies sur les stupéfiants en Autriche. Suite au vote de l’ONU, le ministre marocain de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a exposé le projet de loi sur la légalisation en avril au Parlement pour sa ratification, après son adoption par le gouvernement. Demandant aux députés de vite voter cette loi, le ministre estime qu’avec la légalisation, le Maroc pourrait tirer un maximum de profits et les agriculteurs cesseraient de produire le cannabis dans la crainte et la clandestinité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Union européenne - Lois - Agriculture - Industrie - Cannabis

Aller plus loin

Cannabis : 86% des Marocains favorables à son usage thérapeutique

Plus de 86 % des Marocains se disent favorables à l’usage « médical, cosmétique et industriel » du cannabis. C’est ce que révèle un sondage réalisé par l’Association marocaine...

Légalisation du Cannabis : Al Hoceima et Chefchaouen militent pour leur spécificité

Les agriculteurs de chanvre indien des provinces d’Al Hoceima et Chefchaouen ont créé un comité de coordination des zones d’origine de la plante du cannabis. Celui-ci est...

Maroc : les cultivateurs du cannabis font un pas en avant vers la légalité

Les cultivateurs du cannabis d’Al Hoceima, de Chefchaouen viennent de faire un pas en avant vers la légalité. Ils ont créé une association et élaboré une plateforme...

Le cannabis et ses dérivés débattus à Tanger

La ville de Tanger abrite du 20 au 22 mai, le premier congrès marocain sur l’utilisation des dérivés du cannabis sous le thème  : « Y a-t-il des limites à la recherche...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.