La mairie d’Orly ne veut pas de boucherie halal

23 janvier 2022 - 12h00 - France - Ecrit par : S.A

La mairie d’Orly voit d’un mauvais œil l’ouverture d’une nouvelle boucherie halal — dont le gérant refuse de vendre du porc — en lieu et place de la charcuterie Pasquier et menace de lancer une procédure judiciaire, pour non-respect des clauses du bail.

La boucherie située du 42, rue du Commerce, dans le vieil Orly (Val-de-Marne) est dans le viseur de la mairie. Cette dernière lui reproche de n’avoir pas respecté des clauses du bail, qui stipule que la boucherie doit être « un commerce assurant la vente de tous types de viande ». Hamid Mounsi, gérant de cette boucherie refuse de vendre du porc en raison de sa confession musulmane et du risque de perdre « plus que 20 % de chiffre d’affaires » et de fermer « dans l’année », alors que la désormais seule et unique boucherie traditionnelle vendant du porc à Orly est située rue Jean-Racine dans un immeuble qui doit être démoli dans le cadre d’un projet d’urbanisme, rapporte Le Parisien.

À lire : La viande halal ne sera pas interdite en France

Dans une déclaration à CNEWS, il a assuré avoir mis au courant la mairie du « type de marchandise » qui allait être commercialisé, lors d’une réunion tenue avant l’ouverture du commerce. De son côté, la mairie d’Orly présidée par Christine Janodet (DVG) rappelle qu’elle avait « spécifié dans le bail qu’il devrait s’agir d’une boucherie traditionnelle assurant la vente de tous types de viande ». « Nous n’avons rien contre les boucheries halal, mais nous voulons maintenir une offre commerçante diversifiée sur la commune, car Orly compte déjà six boucheries halal », ajoute-t-elle.

À lire : France : bilan mitigé pour les épiceries et boucheries halal

La municipalité veut faire respecter les clauses du bail. D’ores et déjà, elle a envoyé une lettre de mise en demeure à Hamid Mounsi qui devra se mettre en conformité avec les clauses du bail. En cas de refus, la mairie pourrait résilier le bail. « La ville préférerait avoir un magasin fermé et un local vide plutôt qu’une boucherie vendant une belle viande de Rungis et qui répond à la demande des clients locaux ?", questionne le gérant. « Nous voulons permettre aux gens d’Orly de continuer à pouvoir acheter du porc ailleurs qu’à Leclerc », rétorque la mairie, qui se dit par ailleurs prête à « aller jusqu’au contentieux ». « Il y a beaucoup plus de clients musulmans ici. C’est la règle de l’offre et la demande qui régule le commerce, pas une mairie », fait remarquer Hamid.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Alimentation - Halal - Orly

Aller plus loin

France : deux individus condamnés pour incendie d’une boucherie halal à Torcy

Deux individus âgés de 25 ans ont été jugés en comparution immédiate pour incendie et tentatives d’incendie d’une boucherie halal située près de la gare de Torcy. Les faits se...

France : polémique autour de l’abattage halal des volailles

Dans un communiqué conjoint signé par Kamel Kabtane, le président de la Grande mosquée de Lyon, trois organismes de certification halal (Grande Mosquée de Paris, d’Evry et de...

Anderlecht : une boucherie halal empêchée d’ouvrir pour des «  motifs racistes  »

Depuis plusieurs années, Assem Aldilaimi, entrepreneur et propriétaire de la chaîne de supermarchés Baker Market tente d’ouvrir, sans succès, une boucherie halal à Anderlecht....

France : bilan mitigé pour les épiceries et boucheries halal

En France, la crise sanitaire liée au covid-19 a diversement impacté les épiceries et boucheries halal dracénoises pendant la période du confinement. Alors que certains...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.