Maroc : ça se complique pour l’administrateur d’une chaîne YouTube

6 décembre 2019 - 06h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Cela se complique sérieusement pour l’administrateur de la chaîne "Moul Kaskita". Interpellé le 1er décembre suite à la publication d’une vidéo portant atteinte aux Marocains et à leurs institutions, il risque la prison ferme ainsi qu’une forte amende .

Depuis son arrestation, une enquête a été menée par la Brigade nationale de la Police judiciaire (BNPJ). Les résultats ont révélé, selon le procureur, que plusieurs expressions contenues dans la vidéo incriminée n’ont aucun rapport avec la liberté d’expression et constituent, du point de vue juridique, des crimes sanctionnés par la loi.

Le mis en cause aurait l’habitude de ce genre de publications et en tire, affirme-t-on, un revenu mensuel compris entre 20.000 et 30.000 dirhams par mois. Les investigations ont aussi révélé qu’il avait reçu d’importants transferts d’argent de l’étranger en contrepartie de ses activités, souligne le procureur du Roi.

"Moul Kaskita" a été déféré devant le tribunal en état d’arrestation et sera poursuivi, conformément à la loi. Contre lui pèsent plusieurs charges dont les plus importantes sont : injures publiques à l’égard d’individus, outrage à la pudeur à travers des gestes et des comportements obscènes, outrage aux institutions constitutionnelles et possession de drogue, conclut le communiqué.

Sujets associés : Médias - Youtube - Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) - Arrestation - Plainte

Aller plus loin

Un Tiktoker arrêté pour offense au roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont arrêté à Tétouan, Mohamed Malali, un célèbre influenceur et Tiktoker, pour avoir proféré des insultes contre le royaume et ses symboles dans l’une...

Maroc : un youtubeur condamné pour offense au roi Mohammed VI

Mohamed Sekkaki, plus connu sous le surnom de Moul Kaskita, a écopé, jeudi 26 décembre, de quatre ans de prison ferme pour "offense au roi Mohammed VI" et pour "diffamation" et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

Scandale des billets du Mondial 2022 : d’autres têtes vont tomber

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) devrait auditionner d’autres personnes dont des présidents de clubs de football, un membre fédéral et un animateur radio soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire dite du « scandale des billets du...

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.