Le Maroc, une alternative à la Chine

18 mai 2020 - 23h00 - Economie - Ecrit par : G.A

La Chine pourrait perdre son statut de leadership en matière de fabrication et d’approvisionnement, pour avoir été le point de départ de la pandémie du coronavirus. Selon l’Oxford Business Group, certaines entreprises chercheraient des bases de production alternatives, et le Maroc semble remplir toutes les conditions.

La pandémie du covid-19 a mis le point sur certaines réalités comme la nécessité d’avoir "des plans de diversification de l’industrie mondiale". Même si la situation épidémiologique en Chine semble plus stabilisée, il est difficile d’oublier que le fait que le virus soit originaire de ce pays, a entraîné de nombreuses perturbations au niveau de la chaîne d’approvisionnement mondiale des produits de base.

Face aux conséquences générées par cette situation, la réaction internationale ne s’est pas fait attendre. "Les autorités des grandes économies du monde ont aussitôt encouragé publiquement leurs entreprises à délocaliser leurs activités de fabrication hors de Chine", rapporte Hespress.

Les propositions de meilleures conditions fusent de part et d’autre. En avril, Phil Hogan, le commissaire européen au commerce, a déclaré aux médias internationaux que "le bloc chercherait à réduire ses dépendances commerciales aguichés par l’enveloppe de 2,2 milliards de dollars offerte par le Japon au profit de tous les pays souhaitant se désengager de la Chine". Derrière l’Union Européenne, il y a les États-Unis d’Amérique qui offrent également des possibilités souples aux probables partenaires. Larry Kudlow, le directeur du National Economic Council, déclarait que "le gouvernement offrait une prise en charge complète aux entreprises américaines désirant transférer leurs activités de la Chine vers leurs pays".

Mais en réalité, le covid-19 n’a fait que précipiter une situation plus qu’évidente, puisque même avant la pandémie, "des marchés alternatifs plus compétitifs étaient de plus en plus nombreux à concurrencer la Chine. C’est en cela que selon le groupe Oxford Business, "le Maroc est une alternative et une perspective compétitives , surtout que le royaume a été cité en exemple dernièrement pour sa réponse efficace à la pandémie du coronavirus".

Le rapport a également souligné que le Maroc a tissé historiquement des liens commerciaux avec les marchés européens. C’est dans cette logique que Hicham Boudraa, directeur général par intérim de l’Agence marocaine pour le développement des investissements et des exportations, déclarait que "grâce à sa solide base industrielle et à sa situation stratégique, le Maroc a pu et a su maintenir ses exportations vers les pays voisins pendant la période de confinement, de même que ses activités dans des secteurs clés tels que les industries, l’alimentaire, le textile et l’automobile".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Textile - Politique économique - Automobile - Compétitivité - Alimentation - Industrie

Aller plus loin

Entre le Maroc et l’Algérie, la Chine ne veut pas choisir

Les tensions entre le Maroc et l’Algérie ne retombent pas, surtout au sujet du Sahara. La Chine, partenaire des deux pays, n’est pas près de jouer un rôle de médiateur dans la...

Une médiation chinoise entre le Maroc et l’Algérie ?

Face aux tensions entre le Maroc et l’Algérie, surtout au sujet du Sahara, la Chine qui est leur partenaire, pourrait peser de tout son poids pour faciliter une interaction...

Le roi Mohammed VI échange avec le président chinois Xi Jinping

Le roi Mohammed VI a échangé par téléphone avec le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, lundi.

Tourisme : le Maroc veut attirer les investisseurs chinois

La Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) a organisé le 4 février dernier, un webinaire sur l’investissement touristique entre le Maroc et la Chine.

Ces articles devraient vous intéresser :

Un gisement de manganèse de bonne qualité découvert au Maroc

Les tests de laboratoire effectués au niveau des gisements de manganèse au Maroc sont excellents, affirme la société canadienne Elcora, qui a prévu le démarrage de la production avant la fin de cette année.

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Dacia, leader du marché automobile marocain, Renault et Hyundai en embuscade

Le marché automobile marocain a connu un début d’année 2024 en demi-teinte, avec une croissance encourageante en janvier suivie d’une baisse inattendue en février.

Sortie imminente du premier véhicule militaire 100% marocain

Les choses se précisent pour la sortie du premier véhicule blindé 100 % marocain destiné aux Forces armées royales (FAR). Rendez-vous à la 5ᵉ édition des Journées de l’industrie, Industry Meeting Days.

Voitures électriques au Maroc : 2 500 nouvelles bornes à horizon 2026

Le Maroc s’active pour devenir un marché de vente attractif pour les véhicules électriques. L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME) composée d’entreprises des secteurs de l’électricité et de l’automobile mettra...