Maroc : après le confinement, les couples divorcent en masse

30 juillet 2020 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : A.P

De nombreux couples ont mis fin à leur relation à la fin des trois mois de confinement. Certains avocats tendent à imputer cette hausse soudaine de demandes de divorces devant les tribunaux constatée après le déconfinement, à cette mesure d’isolement prise en vue de limiter la propagation du Covid-19.

À en croire trois avocats spécialisés en droit de la famille contactés par Médias24, le confinement a contribué à aggraver les tensions conjugales qui se sont soldées, après le déconfinement, par une pléthore de demandes de divorce devant les tribunaux.

Cette hausse du nombre de requêtes de divorces serait-elle due au confinement ou plutôt à l’arrêt des activités judiciaires pendant la période, bloquant ainsi les dépôts de demandes de divorces jusqu’au déconfinement ?

À l’unanimité, les trois avocats ont affirmé que le confinement aura permis à certains couples de découvrir leur antipathie. "Le confinement n’a fait qu’exacerber des tensions qui existaient déjà… Mais il y a beaucoup de femmes mariées depuis quarante ou cinquante ans qui n’en peuvent plus et veulent rompre leur mariage. Ça, c’est du jamais vu…", déclare Me Khadija Amrani, l’un des avocats interrogés.

Pour Me Meriem Berrada, "le confinement a été très éprouvant pour tout le monde, y compris pour les couples… Surtout lorsque le couple ne s’est pas forcément marié pour les bonnes raisons."

Selon Me Kenza Mansouri, le tribunal de la famille de Casablanca reçoit depuis le 15 juillet, date de reprise des dépôts des demandes de divorces, 190 à 200 dossiers par jour pour les procédures de divorce judiciaire et 180 dossiers en moyenne chaque semaine pour les divorces à l’amiable, soit une augmentation de 20 à 30 % par rapport à la même période l’an dernier.

"Avec les vacances judiciaires qui s’annoncent (août et mi-septembre), les audiences tenues ce mois de juillet sont renvoyées à septembre ou octobre… Selon le nombre de dossiers fixés par juge par jour, certains verront leur audience fixée dans une semaine ; les autres, la semaine suivante…", précise Me Kenza Mansouri.

Pour l’avocate, qui ne fait pas de lien entre le confinement et la hausse de demandes de divorces, "aucune procédure n’a été déposée depuis quatre mois". Et d’ajouter que "la conclusion peut donc être biaisée, car tous les couples qui avaient des difficultés ne se sont pas séparés".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Divorce - Déconfinement au Maroc

Aller plus loin

Le confinement a durement impacté la vie sociale des Marocains

Le spectre d’un deuxième confinement plane sur le Maroc qui connait depuis quelques semaines une flambée des cas de contamination. En dehors des conséquences sur le plan...

Le divorce par procuration désormais possible au Maroc

Au Maroc, une personne peut désormais divorcer par procuration pourvu que certaines conditions soient remplies. C’est ce qui ressort d’une jurisprudence de la Cour de cassation.

Maroc : crainte d’un deuxième confinement généralisé

Le Maroc risque un autre confinement si les cas de contamination continuent de grimper. Un tel scénario donne des sueurs froides au président de l’Union Générale des Entreprises...

Roschdy Zem et Claire Chazal en couple ?

Claire Chazal aurait trouvé l’amour dans les bras du réalisateur franco-marocain Roschdy Zem. L’ex-présentatrice vedette du JT de TF1 se lance dans une relation sentimentale six...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage de Dounia Batma et Mohamed Al Turk prend l’eau

Après neuf ans de mariage avec Mohamed Al Turk, la célèbre chanteuse marocaine Dounia Batma, serait en instance de divorce. La vie de couple de la star marocaine n’aura pas survécu au scandale Hamza Mon bebe.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Hiba Abouk tacle à nouveau Achraf Hakimi

Hiba Abouk, l’ex-femme d’Achraf Hakimi, vient de faire une nouvelle publication sur Instagram qui n’est pas passée inaperçue. Plusieurs internautes estiment que l’actrice espagnole s’adressait indirectement à l’ailier marocain du Paris Saint-Germain...

Yassine Bounou et Imane khallad : une vie de couple loin des rumeurs

Alors que le couple Yassine Bounou et Imane khallad est supposé battre de l’aile, avec même une séparation et un divorce évoqués, il n’en serait apparemment rien.

Divorce d’Achraf Hakimi : quand la fortune se volatilise

Une surprise amère pour Hiba Abouk. Alors qu’elle pensait toucher le jackpot à la suite de son divorce avec Achraf Hakimi, le footballeur marocain, elle apprend qu’il ne possède rien à partager.

Dounia Batma attaque, son ex-mari contre-attaque

Le producteur bahreïni Mohamed Al-Turk a répondu aux accusations de complot portées contre lui par son ex-épouse, la chanteuse marocaine Dounia Batma impliquée dans l’affaire « Hamza mon bb ».

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Dounia Batma bientôt célibataire

La chanteuse marocaine très controversée Dounia Batma s’apprête à tourner une page importante de sa vie. Le divorce tant annoncé avec son mari Mohamed Al Turk, ne serait plus qu’une question de jours.

Les insultes pleuvent sur le divorce d’Achraf Hakimi d’avec Hiba Abouk

Le divorce entre la star du PSG Achraf Hakimi et son ex-femme, l’actrice Hiba Abouk est devenue viral sur les réseaux sociaux. Les insultes n’ont pas manqué de fuser.

Hiba Abouk répond à Achraf Hakimi

Hiba Abouk continue son offensive médiatique contre le joueur du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, suite à sa demande de divorce et après avoir réclamé 50% de la fortune gagnée par le Marocain depuis qu’ils sont en couple.