Maroc : les chauffeurs de taxi passent le test du coronavirus

28 mai 2020 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Après plus de deux mois d’arrêt de travail dû au covid-19, les chauffeurs des grands et petits taxis des villes de Rabat, Salé et Témara se préparent à reprendre le travail. Ils plaident pour la revue à la hausse de leurs tarifs.

Des rencontres ont été organisées entre les responsables de la préfecture de Salé et les représentants des syndicats des taximen, rapporte Hespress. Plusieurs décisions ont été prises au nombre desquelles l’exemption du paiement de la location des agréments pendant 3 mois et la hausse des prix du tarif de la course.

S’agissant du paiement de location des agréments, la décision finale sera finalement adoptée lors d’une réunion prévue, mardi. Quant aux coûts des courses, la revue à la hausse des tarifications des grands taxis a été proposée en raison de la réduction du nombre des passagers au cours de la période de confinement sanitaire, indique le secrétaire régional du syndicat des taximen affiliés à l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Hassan Doukali.

Le tarif des grands taxis connaîtra une augmentation de 50 % du prix de la course, alors que le coût des petits taxis ne devrait pas connaître de changement. L’autre décision majeure prise au cours de cette réunion, est le port des masques de protection sanitaire par les chauffeurs et les passagers des taxis.

Par ailleurs, l’activité des 226 taxis de Témara reprendra progressivement, avec une rotation à raison de 56 taxis par jour pendant l’état d’urgence sanitaire, en attendant la levée des mesures de confinement sanitaire. Quant aux tests de dépistage subis lundi, par les taximen, ils seront affichés sur les pare-brises de leurs véhicules afin que les agents de la circulation puissent les contrôler, le temps de réaliser le dépistage des 2 000 autres taxis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Transport en commun - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : des chauffeurs de taxi manifestent, chaines au cou

Les chauffeurs de taxi de la région de Rabat-Salé-Kenitra ont manifesté, chaines au cou, contre les mesures sanitaires imposées par le gouvernement.

Pour avoir transporté une dame contaminée au covid-19, des taximen de Casablanca réclament le dépistage

Des taximen de Casablanca réclament le dépistage pour avoir conduit par mégarde une malade du covid-19 à l’hôpital sans les précautions requises. À l’unisson, ils se sont tous...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le...

Bus électriques : Pari raté du Maroc ?

Alors que la mise en place d’un écosystème de production locale de bus électriques présente de nombreux avantages dont profitent certains pays, le Maroc est encore à la traîne.

Le Maroc édicte de nouvelles règles pour les trottinettes

Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la Logistique, veut réglementer l’utilisation des trottinettes et d’autres nouveaux moyens de transport.

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...