Le Maroc à la conquête de l’Ouest africain

8 septembre 2007 - 01h35 - Economie - Ecrit par : L.A

« Dans certains pays, comme la Gambie, une visite de Mohammed VI prend les allures d’une ­fête nationale. Le jour de son arrivée est même férié », raconte un diplomate. Une anecdote qui en dit long sur la popularité et la respectabilité dont jouit le royaume en Afrique de l’Ouest.

Une respectabilité que le Maroc doit, d’abord, à cette implication politique au plus haut niveau. Les investissements sont dictés par des considérations politiques plutôt que par une logique économique.
Divine surprise. Ainsi, la compagnie maritime Comanav (qui, depuis deux mois, bat pavillon CMA-CGM) a investi au Sénégal après le naufrage du Joola , qui a complètement coupé la Casamance du reste du pays. « Nous savions à l’avance que l’exploitation de cette ligne ne permettait pas de gagner de l’argent. Le but était de montrer nos compétences sur le terrain pour décrocher d’autres lignes plus rentables », confie le management de la société, qui avoue que « les ordres sont venus d’en haut ».

Idem pour Royal Air Maroc, dont l’investissement au Sénégal a été dicté par la volonté de sauver les centaines d’emplois de la compagnie aérienne sénégalaise qui s’était brisé les ailes. Divine surprise : la nouvelle compagnie Air Sénégal International, dont la RAM contrôle 51 %, a décollé. Dès la fin 2005, quelque 400 000 passagers l’avaient plébiscitée. La RAM déploie actuellement ses ailes sur toute la région, et ses tarifs taillent des croupières à Air France. La RAM n’est pas encore Emirates, ni Casablanca Dubaï, mais la compagnie montre qu’une entreprise du Sud peut s’imposer sur un terrain qu’elle connaît bien face aux mastodontes occidentaux.

Les groupes privés ont pris conscience du gisement de croissance que représente la région. Managem produit de l’or et du cobalt dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest.

Les banques ont ­elles aussi pris pied dans les pays constituant l’Union économique et monétaire de l’Ouest africain (UEMOA), avec Dakar comme ­porte d’entrée. La BMCE y a implanté sa banque d’affaires et s’est rapidement imposée comme un des principaux partenaires du gouvernement sénégalais dans ses montages financiers. La banque vient récemment de se payer une participation importante (35 %) dans Bank of Africa, très active dans la région. Sa concurrente Attijariwafa Bank a aussi créé une filiale au Sénégal. D’autres secteurs, comme les BTP, les nouvelles technologies ou l’industrie pharmaceutique, ne sont pas en reste.

Cette déferlante marocaine en Afrique de l’Ouest - et particulièrement au Sénégal - ne fait pas que des heureux. Le club des investisseurs français dans ce pays, réunissant une centaine d’entreprises, a même publiquement déclaré sa lassitude de voir les entreprises marocaines lui damer le pion.

Saga

Certains groupes français ont d’ailleurs su exploiter leurs filiales marocaines pour décrocher des opportunités sur le marché africain. Vivendi préfère ainsi envoyer, Maroc Telecom, affronter les géants du secteur dans des opérations de privatisation ou d’octroi de nouvelles licences. Une stratégie qui s’est révélée payante : Maroc Telecom a décroché le rachat de Mauritel en Mauritanie et d’Onatel au Burkina Faso. Et elle est donnée favorite dans l’appel d’offres en cours pour une licence au Sénégal. La saga marocaine en Afrique ne fait que commencer.

TelQuel - Fahd Iraqi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Royal Air Maroc (RAM) - Investissement - Implantation - Comanav - Gambie

Ces articles devraient vous intéresser :

Bientôt l’ouverture par Israël d’une mission commerciale au Maroc

L’évolution des relations commerciales entre Rabat et Tel Aviv et l’engouement des investisseurs incitent Israël à ouvrir prochainement une mission commerciale au Maroc.

Contre la France, Royal Air Maroc mobilise 30 avions

Royal Air Maroc (RAM) annonce avoir mis en place un dispositif spécial afin de faciliter le déplacement à tous les Marocains qui souhaitent se rendre au Qatar. Les Lions de l’Atlas affrontent mercredi prochain la France, en demi-finale de la Coupe du...

Royal air Maroc lance de nouveaux vols

Royal Air Maroc (RAM) poursuit la réouverture de son réseau mondial. Dans son nouveau programme de vols, la compagnie aérienne a annoncé le lancement de cinq nouvelles liaisons aériennes.

Royal Air Maroc fait une fleur aux supporters marocains

Royal Air Maroc s’engage à faciliter le transport des supporters qui désirent se rendre au Qatar suite à la qualification de l’équipe nationale.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Un milliardaire marocain a de grandes ambitions en Afrique

Le milliardaire américain d’origine marocaine Marc Lasry, président directeur général d’Avenue Capital Group, investit depuis une dizaine d’années dans le domaine du sport. Après avoir été copropriétaire de l’équipe de basketball des Milwaukee Bucks de...

Le Maroc, un des pays les plus attractifs pour les investisseurs

Dans le dernier rapport publié par l’Institut royal des études stratégiques (IRES), le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus attractifs pour faire des affaires.

Royal Air Maroc veut renforcer ses vols vers les pays où résident les MRE

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a décidé de renforcer, cet été, ses vols vers les pays où vivent les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Royal Air Maroc : de nouveaux vols spéciaux pour les supporters marocains

Les Lions de l’Atlas affrontent samedi 10 décembre le Portugal en quarts de finale du Mondial et Royal Air Maroc est au rendez-vous comme lors des phases précédentes de la compétition. En prévision à cette rencontre, un nouveau programme de vols...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.