Le Maroc sera fortement impacté par la hausse internationale des prix

24 mai 2022 - 09h00 - Economie - Ecrit par : A.T

Le Maroc sera fortement touché par la hausse des prix des produits alimentaires sur le marché international, mais restera toutefois l’un des pays les plus stables du continent, selon l’Oxford Economics Group.

Cette inflation aura un impact plus sévère sur les indicateurs des prix à la consommation (IPC) en Afrique par rapport aux économies avancées, dont le Maroc, indique le récent rapport du cabinet, qui précise que les prix des denrées alimentaires ont suivi une tendance à la hausse au cours des deux dernières années, en plus de la guerre en Ukraine qui a exacerbé cette tendance, ce qui fait augmenter le coût des matières premières de par le monde.

S’agissant de l’emploi, le Maroc figure parmi les pays à fort taux de chômage sur le continent. Une situation qui a entrainé l’émergence d’un environnement sujet aux turbulences, puisque les revenus disponibles sont réduits ce qui oblige les gouvernements à prendre des mesures exceptionnelles pour atténuer les répercussions sur les citoyens, souligne le rapport.

A lire : Hausse des prix : le gouvernement se justifie et rassure

Au nombre de ces mesures, on peut citer les transferts financiers au profit des Marocains les plus vulnérables et l’augmentation du salaire minimum fixé actuellement à 2 638 dh hors secteur agricoles. Pendant ce temps, en fin mars, l’inflation record enregistrée au royaume s’élevait à 5,2 %, inférieure à d’autres pays comme l’Égypte (10,5%), précise-t-on.

Pour le cabinet, le Maroc fait partie des pays qui vont importer davantage de blé pour la saison agricole 2022-2023. Le royaume reste tout de même l’un des pays les plus stables du continent. Toutefois, les familles marocaines sont exposées à des pressions financières qui pourraient entraîner des protestations contre la cherté de la vie, a prévenu le rapport.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Etude - Crise économique - Chômage

Aller plus loin

Maroc : moins d’investissements pour faire face à la hausse des prix

Face aux chocs exogènes qui menacent son économie, le Maroc dispose de deux alternatives  : réajuster son budget d’investissement ou réordonner ses priorités. Deux solutions qui...

Maroc : une grève générale en vue dans le secteur public

Afin de protester contre la hausse des prix, trois centrales syndicales ont appelé mardi à une grève nationale le 20 juin dans le secteur public. Les secteurs qui risquent...

Maroc : le secteur immobilier touché par la hausse des prix

Le secteur immobilier marocain est fortement touché par la conjoncture internationale. Une hausse d’environ 20 % sur les prix de vente par rapport à l’année précédente est...

Maroc : augmentation des prix du lait

Le lait coûtera désormais bien plus cher au Maroc. Les sociétés qui commercialisent ce produit de première nécessité ont opéré une augmentation non négligeable.

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Chômage au Maroc : des chiffres qui inquiètent

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) sonne l’alarme : le marché de l’emploi marocain continue de se détériorer sous l’effet persistant de la sécheresse.

Le FMI confirme l’éligibilité du Maroc à une ligne de crédit

Le Maroc a entamé des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL), a annoncé, vendredi, le représentant de l’institution financière au royaume, Roberto Cardarelli.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

Banques marocaines : Fitch Rating avertit

Les banques marocaines font face à une situation de dégradation de la qualité de leurs prêts, en dépit d’une plus grande sélectivité dans leur octroi, avertit l’agence de notation américaine Fitch Ratings.