Maroc : ces impayés bancaires qui risquent de plomber la relance

5 novembre 2020 - 01h30 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Au Maroc, les impayés ne se comptent plus. On note une forte hausse des créances en souffrance pour les particuliers mais également pour les entreprises, mettant à mal la relance de l’économie.

Malgré la gamme de mesures envisagées par le gouvernement et Bank Al-Maghrib, la sortie de crise a encore des jours difficiles devant elle. L’Économiste en veut pour preuve, «  la reconduction du confinement chez plusieurs des partenaires économiques du Maroc  », qui risque de plomber «  le secteur du tourisme et les activités exportatrices  ». Le journal ajoute par ailleurs que, «  Les banques, qui sont leurs principaux créanciers, devraient par ricochet, être touchées  ».

Pour le quotidien économique, la situation pandémique «  va compliquer le traitement des créances en souffrance, qui est dépendant d’une reprise rapide de l’activité pour limiter les dégâts dans le tissu productif  ». Ici notamment, on note une hausse de 14,6% sur un an et de 13% sur sept mois du stock des créances en souffrance, qui a atteint 79 milliards de dirhams. Quant aux impayés, «  ils ont augmenté de plus de 9 milliards de dirhams depuis le début de l’année  », appuie la même source, ajoutant que la qualité des portefeuilles s’est nettement dégradée aussi bien du côté des entreprises privées que des ménages. Pendant ce temps, des taux de sinistralité ont atteint 11,6% pour les entreprises et 9,4% pour les ménages.

Par ailleurs, le journal relève que les impayés ont accéléré avec une augmentation de 1,7 milliard de dirhams en septembre sur un mois et de 5,3 milliards de dirhams au cours des quatre derniers mois, ce, depuis la fin des moratoires sur les échéances des crédits. De leur côté, les banques cotées ont vu leur coût du risque augmenter de 141% à 8,8 milliards de dirhams au premier semestre, compte tenu d’une «  approche de provisionnement très conservatrice, en l’absence de visibilité sur l’évolution de la situation sanitaire et des perspectives économiques  ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bank Al-Maghrib (BAM) - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Sale temps pour les banques marocaines : 5,3 milliards de DH d’impayés en quatre mois

Depuis quelques mois, les banquiers marocains sont préoccupés par la hausse des impayés, surtout dans le rang des entreprises. Les impayés ont atteint 5,3 milliards de DH au...

Voici les nouvelles conditions d’octroi de crédits aux particuliers en 2021

De nouvelles recommandations de Bank Al-Maghrib (BAM) sont attendues en début de l’année 2021. Elles concernent les conditions d’octroi de crédits par les banques et des...

Le Maroc va consacrer 230 milliards de dirhams pour l’investissement public

Le gouvernement marocain a prévu 230 milliards de dirhams destinés à l’investissement public en 2021. Plusieurs secteurs sont concernés.

Maroc : près de 1000 milliards de crédits accordés en 8 mois

Près de 1000 milliards de DH ont été alloués par les banques à fin août, a indiqué Bank Al-Maghrib(BAM). Cet encours des prêts a connu une hausse de 4,9% de plus par rapport à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Flexibilité du dirham : pas de précipitation pour Bank Al-Maghrib

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, conditionne un nouvel élargissement des bandes de fluctuations du dirham à la levée des incertitudes concernant les perspectives économiques mondiales et nationales.

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Le dirham baisse face à l’euro

La devise marocaine est dépréciée de 0,25 % face à l’euro et de 0,45 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 9 au 15 février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham marocain perd de la valeur par rapport à l’euro

Le dirham marocain s’est déprécié durant la semaine du 27 juillet au 02 août, perdant 1,6 % face au dollar et 0,66 % contre l’euro, selon le bulletin hebdomadaire de Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham baisse encore face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,50 % face au dollar américain et de 1,24 % vis-à-vis de l’euro durant la période allant du 24 au 30 août, selon les données publiées par Bank Al-Maghrib (BAM).

Chute du dirham face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 3,86 % face à l’euro et de 2,67 % vis-à-vis du dollar américain, au quatrième trimestre de l’année 2022. C’est ce que précise Bank Al-Maghrib (BAM) dans un récent rapport sur la politique monétaire.

Le dirham stable face à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,98 % vis-à-vis du dollar américain et est resté quasi-stable face à l’euro durant la semaine allant du 15 au 21 juin courant, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se renforce fortement face à l’euro

Le dirham marocain s’est apprécié de 1,11 % face à l’euro et de 0,65 % vis-à-vis du dollar américain, durant la période allant du 28 mars au 03 avril, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se renforce face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,7% vis-à-vis du dollar américain et de 1,21% face à l’euro durant la semaine allant du 22 au 28 juin dernier, selon les données fournies par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham chute par rapport à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 1,03 % face au dollar américain et de 0,49 % vis-à-vis de l’euro durant la période allant du 10 au 16 août 2023, selon Bank Al-Maghrib (BAM).