Le Maroc va importer des ovins de Roumanie

10 mai 2023 - 22h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

Dans sa quête de reconstituer le cheptel national, le Maroc va importer des ovins de Roumanie. Ce sujet était au cœur d’une réunion tenue par visioconférence entre Mohamed Sadiki, ministre marocain de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts et son homologue roumain, Petre Daea.

Dans un communiqué, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) précise que « l’objet de la rencontre portait sur la nécessité pour le Maroc d’importer des ovins et de renforcer les relations de coopération entre les deux pays. À cet égard, un mémorandum d’accord est en cours d’élaboration entre les deux États sur des sujets liés au commerce extérieur ». 

À lire : Aïd Al Adha au Maroc : les éleveurs redoutent les importations de moutons

« Les deux homologues ont convenu d’intensifier les efforts pour convenir du modèle de certificat sanitaire-vétérinaire pour les ovins vivants par les autorités sanitaires-vétérinaires des deux États dans un proche avenir », poursuit la même source, ajoutant qu’une délégation composée de chefs d’entreprise et de fonctionnaires gouvernementaux du Maroc effectuera une visite en Roumanie pour ouvrir concrètement la voie à la collaboration.

Sujets associés : Importations - Agriculture - Roumanie - Aïd al-Adha 2023 - Mohamed Sadiki

Aller plus loin

Aïd Al-Adha au Maroc : l’ONSSA prépare le cheptel

Dans le cadre des préparatifs pour la célébration de l’Aïd Al-Adha, l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) a annoncé qu’à la date du 16 mai,...

Les Marocains fuient-ils le bœuf brésilien ?

La polémique enfle au Maroc autour de la commercialisation de la viande de bœufs importés du Brésil. Bon nombre de Marocains évitent d’en consommer.

Aïd Al Adha au Maroc : les éleveurs redoutent les importations de moutons

À moins de deux mois de l’Aïd Al Adha, de grosses incertitudes subsistent quant à la disponibilité et au prix du mouton, bête la plus prisée par les Marocains pour cette fête....

Ces articles devraient vous intéresser :

Couverture sociale : un prêt de 3,1 MMDH de la BAD au Maroc

Le Maroc et la banque africaine de développement (BAD) ont signé deux accords de prêt pour le financement d’un projet de céréaliculture et la généralisation de la couverture sociale, portant sur un montant de plus de 3,1 milliards de dirhams.

Aïd Al Adha : Comment conserver et stocker la viande ?

Pour éviter la détérioration de la viande durant l’Aïd Al Adha, l’office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a prodigué des conseils à suivre après l’abattage.

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Première apparition publique du roi Mohammed VI guéri du Covid-19

Le roi Mohammed VI est guéri du Covid-19. Il a fait sa première apparition publique dimanche 10 juillet, jour de célébration de l’Aïd-Al Adha.

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.