Maroc : l’inflation s’envole

2 avril 2022 - 08h20 - Economie - Ecrit par : G.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Au vu de l’évolution de la situation économique marquée par la flambée du prix de certains produits, Bank al-Maghrib estime que l’inflation pourrait atteindre 4,7 % à la fin de l’année au Maroc, alors que ces deux dernières années, elle n’était que 2 %.

Le Maroc connait une situation économique difficile depuis plusieurs mois. Alors que les Marocains pensaient se remettre de la crise du Covid-19, ils se sont retrouvés face à la sécheresse et le conflit russo-ukrainien. Rabat importe environ un quart de ses besoins en blé en provenance d’Ukraine. Il se procure du pétrole et du gaz en Russie et importe plus de 90 % de ses besoins en pétrole, rapporte africanews.

À lire : Maroc : inflation record en 2022

Pour l’économiste Rachid Aourraz, « il y a une augmentation des prix des phosphates et des engrais sur le marché international et cela profitera au Maroc, mais en même temps, il y a une très grande augmentation et à des taux plus élevés sur le marché mondial de l’énergie et cela sera une charge pour le budget national ainsi que pour les entreprises et les consommateurs ».

À lire : Face à la colère des Marocains, le prix du pain maintenu

Selon ce spécialiste, « cette hausse ne peut être compensée par ce que nous pouvons gagner grâce à l’augmentation des prix des engrais et des phosphates sur le marché international ». Avec un taux de croissance de 7,8 % au troisième trimestre de 2021, contre une baisse de 6,7 % à la même période en 2020, rien n’indiquait que 2022 serait aussi difficile.

À lire : Ramadan 2022 au Maroc : pas d’augmentation du prix du pain

« Au cours des 20 dernières années au Maroc, le taux d’inflation n’a pas dépassé 2 %, à l’exception de quelques années où il a bondi au-delà de 2 %. Mais ces années étaient des exceptions. Mais maintenant, il a été constaté que pour la première fois, un taux d’inflation très élevé sera enregistré, selon la banque centrale dans sa dernière déclaration… Ainsi, de nombreux matériaux et biens manufacturés vont devenir chers », prévient l’analyste.

À lire : A l’approche du ramadan, le Maroc veut freiner la flambée des prix

Cette flambée des prix de certains produits coïncide avec le mois du Ramadan. Malgré les assurances du gouvernement sur la stabilité des prix de certains produits essentiels tout au long de ce mois sacré, des surprises désagréables attendent certainement les Marocains.

Sujets associés : Crise économique - Croissance économique

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : le prix du pain emporte deux responsables de la fédération des boulangers

Lors d’une réunion extraordinaire de son bureau central, la Fédération nationale de la Boulangerie et pâtisserie au Maroc (FNBP) a suspendu deux responsables. Une suspension qui...

Maroc : inflation record en 2022

Après un taux de 1,4 % en 2021, l’inflation au Maroc devrait s’établir à 4,7 % cette année avant de revenir à 1,9 % en 2023, selon Bank Al Maghrib.

Maroc : l’inflation ruine les estivants

La forte affluence des touristes dans les villes du Nord en cette période estivale est une aubaine pour certaines personnes qui profitent pour augmenter sensiblement les prix,...

Face à la colère des Marocains, le prix du pain maintenu

Malgré la conjoncture, le prix du pain ordinaire à base de farine de blé tendre ne connaitra pas de hausse et sera maintenu à 1,20 DH l’unité.

Nous vous recommandons

Crise économique

Jamaa El Fna, un lieu touristique abandonné

Acrobates, danseurs et commerçants de la place Jemaa El Fna à Marrakech sont au chômage, depuis la mise en place de l’état d’urgence sanitaire au mois de mars dernier. À défaut de touristes, les métiers liés à l’artisanat sont menacés...

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : priorité à la relance du tourisme

Reconstruire la demande touristique et revenir à la situation d’avant la crise sanitaire où 13 millions de touristes étaient accueillis. Telle est, selon Adel El Fakir, le directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), la priorité du...

Ramadan : les associations confrontées à une pénurie de dons (vidéo)

Plus de deux semaines après le début du mois de ramadan, l’ASBL « Chicago back » qui s’est donné pour mission d’offrir 1000 repas par jour aux plus démunis, est dans l’impasse. La flambée des prix de produits de première nécessité et la vie chère rendent la...

Hausse du prix du blé : remise en cause du modèle économique marocain ?

Comme de nombreux pays ayant des relations commerciales avec la Russie et l’Ukraine, le Maroc est sérieusement perturbé par la crise entre les deux pays, avec la flambée des prix des céréales et des...

Croissance économique

Moody’s réitère sa confiance au Maroc malgré les effets de la pandémie

Dans une note consacrée au Maroc, l’agence d’évaluation et de notation financière estime que le pays fait des efforts face aux chocs intérieurs et extérieurs. Pour elle, même si la crise actuelle est porteuse de nombreuses retombées, l’économie marocaine...

Le secteur bancaire marocain devrait reprendre des couleurs dès 2023

En 2020, la rentabilité du secteur bancaire a été secouée par plusieurs problèmes liés à la crise sanitaire. Pour mieux comprendre la situation, l’agence de notation Moody’s vient de publier une note sur l’état des banques...

L’industrie marocaine a récupéré une bonne partie des emplois perdus à cause du Covid

Le Maroc se remet progressivement de la pandémie liée au Covid-19, alors que le secteur de l’Industrie, à lui seul, a récupéré 40 % des postes d’emplois perdus pendant la crise sanitaire, a affirmé le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad...

Le gouvernement marocain prédit une baisse de la croissance de 5 % en 2020

Le ministère des Finances a diffusé sur son site la note de présentation du projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour l’année 2020, qui relève que «  le taux de croissance est à – 5%, alors que la loi de finances initiale avait prévu 3,7%. Selon la...

Impayés d’entreprises : le Maroc classé parmi les pays ayant un risque assez élevé

Le Maroc devrait réussir à mieux gérer la crise sanitaire que les autres pays du MENA, selon le dernier baromètre trimestriel de l’assureur de crédit Coface, qui octroie une note B et un risque est assez...