Maroc : les investissements directs étrangers en hausse, la France en tête

30 novembre 2022 - 07h00 - Economie - Ecrit par : A.P

La France est en tête des investissements directs marocains à l’étranger (IDME) qui ont atteint 13,43 milliards de dirhams entre janvier et septembre 2022, soit une progression de 2 % par rapport à la même période de l’année dernière.

En dépit de la contre-performance observée à fin juin 2022, les dernières statistiques de l’Office des changes indiquent que les investissements directs marocains à l’étranger sont sur un trend haussier, s’établissant à 13,43 milliards de dirhams au cours des neuf premiers mois de l’année, soit une progression de 2% (260 millions de dirhams) par rapport à la même période de 2021. « Pour ce qui est du flux net des IDME, il marque, au titre des neuf premiers mois de l’année, une croissance à deux chiffres », soit une progression de 44,8 %, (1,32 milliard de dirhams), rapporte Aujourd’hui Le Maroc.

Le flux net des IDME a atteint 2,45 milliards de dirhams au cours de la période, soit une hausse de 431 millions de dirhams selon l’Office des changes. La France a capté 895 millions de dirhams de ce flux au titre des six premiers mois de l’année, soit 36,47 %, contre 1,44 milliard de dirhams en 2021. Suivent les Pays-Bas avec un flux de 530 millions de dirhams contre 38 millions de dirhams en 2021.

À lire : Investissements directs étrangers au Maroc : les États-Unis dépassent la France

Au Sénégal, le flux net des IDME au premier semestre est d’environ 300 millions de dirhams, soit au même niveau que celui de 2021. Il est de l’ordre de 277 millions de dirhams aux Émirats arabes Unis, soit une légère hausse par rapport à 2021. « Les investissements marocains au Luxembourg se sont pour leur part nettement améliorés, passant d’un solde négatif de −699 millions de dirhams à un flux net de 194 millions de dirhams », indique la même source. Dans le même temps, la Côte d’Ivoire, 2ᵉ l’année dernière, se retrouve cette année à la 7ᵉ place.

Par secteur, les activités financières et d’assurances restent en tête, suivies de l’activité immobilière. « On observe également des investissements nets de l’ordre de 11 millions de dirhams dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et de 1 million de dirhams dans le secteur de l’électricité, gaz, vapeur et air conditionné », souligne-t-on.

Sujets associés : France - Investissement - Pays-Bas - Sénégal - Emirats Arabes Unis - Côte d’Ivoire

Aller plus loin

La France, première destination des investissements marocains à l’étranger

En 2022, la France a gardé son rang de première destination des investissements directs marocains à l’étranger (IDME). À fin septembre dernier, le flux net de ces...

Le Maroc attire à nouveau les investissements directs étrangers

Le flux des investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a enregistré une hausse de 16,9 % durant les huit premiers mois de l’année.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent...

Investissements directs des étrangers : le Maroc, 3ᵉ meilleure destination mondiale

Le Maroc fait partie des pays qui reçoivent le plus d’investissements directs étrangers (IDE) dans le monde, se positionnant à la troisième place d’un classement dominé par le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une subvention pour renouveler les camions

Dans le cadre de la relance du programme de renouvellement du parc du transport routier, le gouvernement a annoncé le déblocage d’un budget de 500 millions de dirhams pour la période 2022-2023.

Le groupe Thalès renforce sa présence au Maroc, près de 150 emplois à terme

Le groupe français Thalès, spécialiste mondial de cybersécurité, va renforcer sa présence au Maroc à travers un nouvel investissement d’une valeur de plus de 350 millions de dirhams dédié au secteur de l’outsourcing.

Maroc : investissements publics records en 2024

L’investissement public au Maroc devrait s’élever à 335 milliards de dirhams (MMDH) l’année prochaine, d’après la note de présentation du Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un effort qui contribuera à améliorer les conditions de vie des populations.

Maroc : la création d’entreprises en forte hausse

Dans un contexte d’inflation et de crise géopolitique, le Maroc a poursuivi sa politique de promotion des entreprises en renforçant ses programmes de soutien et chantiers d’envergure. À fin octobre, la création d’entreprises a connu une hausse, avec 77...

Le Groupe Bel cède ses parts dans Safilait

Le groupe laitier français Bel Group, actionnaire majoritaire dans la société marocaine Safilait, a annoncé la cession de ses parts à l’acteur laitier polonais Polmlek. Le montant de la transaction n’est pas connu.

Maroc : fort engouement pour le statut d’auto-entrepreneur

Le nombre d’auto-entrepreneurs continue d’augmenter au royaume. Fin 2021, ils étaient 373 663, soit quatre fois plus qu’il y 4 ans, d’après les chiffres la Direction Générale des Impôts (DGI).

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Le groupe marocain OCP vise haut les quatre prochaines années

Après le succès de son premier programme d’investissement – la capacité de production d’engrais a triplé en 10 ans-, le groupe marocain OCP a préparé un nouveau programme d’investissement vert dont la mise en œuvre permettra d’atteindre la neutralité...

La gestion du projet de gazoduc Maroc-Nigéria confiée à une coentreprise

Dans un communiqué conjoint, le Maroc et le Nigeria ont annoncé avoir confié la gestion du projet de gazoduc à une coentreprise composée d’ILF Consulting et DORIS Engineering.