Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

16 octobre 2023 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Avec Mohammed VI, le Maroc a commencé à construire des infrastructures majeures pour attirer les investissements afin de tirer profit de sa position géostratégique pour le commerce entre l’Afrique de l’Ouest, l’Europe et le Moyen-Orient, analyse Atalayar. Dans cette dynamique, le Maroc a intensifié sa politique étrangère envers l’Afrique subsaharienne et consolidé ses relations avec l’Occident. C’est ainsi qu’il a réintégré l’UE en 2017 après 30 ans d’absence, et signé le 30 mai 2019 l’Accord de libre-échange visant à faire de l’Afrique l’un des plus grands marchés économiques et de libre circulation des personnes et des biens.

Le Maroc a également signé plusieurs accords de coopération bilatérale dans divers domaines d’intérêt commun (éducation, sécurité alimentaire, emploi des jeunes, changement climatique, gestion de l’eau et de l’électricité, etc.). En l’occurrence, il a signé des accords commerciaux pour faciliter ses investissements directs dans des pays comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Gabon, le Mali, la Guinée-Bissau, le Rwanda, la Tanzanie, l’Éthiopie, le Nigéria, le Ghana et la République de Guinée.

À lire : Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

Avec ses investissements importants en Afrique, le Maroc est considéré comme le deuxième investisseur du continent, après l’Afrique du Sud, et le premier en Afrique de l’Ouest. Ceci, grâce à Attijariwafa bank, la Banque centrale populaire et Bank of Africa qui détiennent un cinquième des actifs bancaires en Afrique de l’Ouest. Le géant des engrais, OCP, est présent dans 16 pays africains, et Maroc Telecom, dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne.

La diplomatie économique active du Maroc lui a également permis de renforcer la coopération Sud-Sud. Le mégaprojet de construction d’un gazoduc sous-marin transnational qui a fait l’objet d’un accord signé entre le Maroc et le Nigeria en 2017 en est un exemple. Le royaume a aussi travaillé à renforcer sa position en tant que porte d’entrée de l’Afrique grâce à sa Stratégie nationale portuaire 2030, mettant en avant le port de Tanger Med qui vise à devenir un hub logistique. En raison du séisme d’Al-Haouz, la croissance économique du Maroc pourrait baisser au cours des trois prochaines années, selon la Banque mondiale.

Sujets associés : Coopération - Investissement - Croissance économique - Diplomatie - Tanger Med

Aller plus loin

Investissements chinois en Afrique : le Maroc sur le podium

Le Maroc figure parmi les trois pays africains les plus attractifs pour les investisseurs chinois durant la prochaine décennie. C’est ce qui ressort du classement d’un site...

Maroc : les investissements directs étrangers en hausse, la France en tête

La France est en tête des investissements directs marocains à l’étranger (IDME) qui ont atteint 13,43 milliards de dirhams entre janvier et septembre 2022, soit une progression...

Maroc : 40 milliards de dollars pour changer le visage du transport

Le Maroc s’apprête à mettre en œuvre la vision stratégique lancée par le roi Mohammed VI, afin de « placer le pays sur la voie d’un développement économique et social durable et...

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent...

Ces articles devraient vous intéresser :

Marhaba 2022 : important message aux MRE

Le port de Tanger Med a pris de nouvelles mesures afin de mieux faire face au flux du trafic durant les mois d’août et septembre.

Le Maroc et Israël renforcent leurs relations commerciales

Le Maroc et Israël ont renforcé leur coopération commerciale, en signant, lundi à Genève, un accord sur la propriété intellectuelle. Une nouvelle étape dans les relations bilatérales entre les deux pays, normalisées il y a 18 mois.

Maroc : la création d’entreprises en forte hausse

Dans un contexte d’inflation et de crise géopolitique, le Maroc a poursuivi sa politique de promotion des entreprises en renforçant ses programmes de soutien et chantiers d’envergure. À fin octobre, la création d’entreprises a connu une hausse, avec 77...

Programme Noor Atlas : lancement d’un appel d’offres

L’agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) est à la recherche d’un ou des constructeurs EPC du programme solaire Noor Atlas, pour une capacité d’environ 260 MW. Un appel d’offres a été lancé à cet effet.

Les plus grands ports du monde se retrouvent à Tanger Med

Les dirigeants des plus grands ports du monde sont depuis mercredi à Tanger Med pour une réunion de travail de deux jours en vue de consolider les relations entre les plus grands hubs portuaires.

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Maroc : les autoroutes en projet

Le programme d’investissement de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) devrait atteindre plus de 8 milliards de dirhams pour les trois prochaines années, révèle le rapport sur les entreprises et établissements publics (EEP), annexé au...

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Gazoduc Maroc – Nigeria : le groupe russe OMK ne veut pas investir dans le projet

Les informations selon lesquelles, le groupe russe OMK, spécialisé dans la métallurgie, était impliqué dans le financement du projet de gazoduc Maroc – Nigeria, sont fausses. La direction a apporté un démenti, niant toute intention d’investir dans ce...