Recherche

Les magasins BIM au Maroc sous pression

© Copyright : DR

28 octobre 2020 - 14h40 - Economie

Peu après la révision de l’accord de libre échange entre le Maroc et la Turquie, le groupe de distribution turc envisage l’entrée dans son capital d’investisseurs marocains.

Le communiqué du groupe, relayé par Le360 est clair : « Sur la base de la décision prise par le conseil d’administration du 27 octobre 2020, et conformément à notre démarche de localisation sur les marchés de présence, le directeur financier a été autorisé à étudier et à évaluer les options stratégiques pour les filiales de notre société opérant dans le secteur de la distribution alimentaire au Maroc et en Egypte, y compris des alternatives de partenariat avec des investisseurs locaux ou internationaux ».

Le chiffre d’affaires total des deux filiales correspond à 6,3% du chiffre d’affaires consolidé de la société, indique la même source.

Cette annonce intervient quelques semaines à peine après l’amendement par le gouvernement marocain de l’Accord de libre-échange (ALE) qui le lie à la Turquie. Cela se passe peu après que l’enseigne de distribution turque a été sommée par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, de « vendre marocain ou partir », au motif qu’elle détruisait le réseau des petits commerces au Maroc, sans avoir favorisé la production locale.

Depuis l’installation de la marque au Maroc, les magasins BIM sont accusés de concurrence déloyale par les commerçants de proximité, avec des prix jugés excessivement bas. Chaque ouverture de magasin BIM entraîne la fermeture de 60 commerces de quartier.

Mots clés: Turquie , Accord de libre échange , Investissement

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact