Maroc : le débat sur les pensions de retraite des parlementaires refait surface

24 janvier 2020 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

En se prononçant sur la suppression, bon nombre de députés de l’opposition ont relancé, mardi 21 janvier, le débat sur les pensions de retraite des parlementaires, lors de la session plénière des questions orales à la Chambre des représentants.

Contrairement au président du groupe istiqlalien de la première Chambre, Noureddine Moudiane, qui défend le maintien du régime de retraite des parlementaires, trois députés de l’opposition optent pour sa suppression définitive, rapporte Hespress.

"Les indemnisations doivent être uniquement liées à la durée du mandat parlementaire", a déclaré l’élue PAM Ibtissam Azzaoui, car le "mandat parlementaire requiert un travail qui ne nécessite pas l’attribution d’une pension spéciale". Pour sa part, le député FGD Mustapha Chennaoui soutient qu’ "il n’est pas nécessaire de maintenir la retraite des parlementaires". Pour lui, ce régime de retraite n’est rien d’autre qu’une "rente politique". Il a donc appelé ses collègues à "s’engager dans la lutte contre le loyer".

En novembre dernier, le groupe PAM de la Chambre des représentants avait présenté une proposition de loi visant la suppression et la liquidation des pensions que reçoivent les parlementaires à la fin de leurs mandats. C’est la cinquième proposition qui a été faite depuis la faillite de ce régime de retraite, fin 2017, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Istiqlal - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Fédération de la gauche démocratique (FGD) - Parlement marocain - Mustapha Chennaoui - Ibtissam Azzaoui

Aller plus loin

Maroc : les pensions de retraite revalorisées à partir de janvier 2020

La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) prévoit la revalorisation des pensions de retraite à hauteur de 5%, à compter du 1er janvier 2020.

Maroc : appel à la suppression des primes accordées aux ministres du gouvernement El Othmani

Au Maroc, la société civile fustige l’octroi de l’indemnité de départ et de la pension de retraite que percevront Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement sortant, les...

Voici combien vont toucher les ministres du gouvernement El Othmani

Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement sortant, les ministres et les secrétaires d’État percevront une indemnité de départ mais aussi une pension de retraite.

Maroc : combien touchent les maires et présidents de région ?

Au Maroc, des indemnités financières sont accordées aux présidents des conseils des régions et des communes conformément aux lois organiques (111.14 et 113.14) et aux décrets....

Ces articles devraient vous intéresser :

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.