Maroc : quid de l’application de la hausse du salaire minimum ?

3 août 2020 - 22h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Comme annoncé, la deuxième hausse de 5% du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), devait entrer en vigueur dès le mois de juillet 2020. Son application est-elle effective en ces temps de Covid-19 ?

Rien n’indique très clairement que cette mesure a été appliquée en cette période de crise sanitaire liée au coronavirus, rapporte Aujourd’hui Le Maroc. Dans une correspondance adressée à ses adhérents le 27 juillet, Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a encouragé les entreprises des secteurs non impactés par la crise à appliquer la deuxième hausse du SMIG. "Les entreprises opérant dans les secteurs actuellement en difficulté sont, quant à elles, appelées à favoriser le maintien de l’emploi, notamment en reportant l’augmentation", a-t-il dit.

Du côté du gouvernement, l’application de la deuxième hausse de 5% du SMIG est suspendue au dialogue social qui piétine. L’Exécutif est pour le moment attaché à l’accord signé en 2019 avec les partenaires sociaux, explique Abdelhaq Arabi, conseiller du chef de gouvernement chargé des dossiers sociaux. À l’en croire, le gouvernement ne peut rien imposer ni aux syndicats ni à la CGEM.

En 2019, une première hausse de 5% du salaire minimum avait été appliquée. L’entrée en vigueur de la deuxième hausse de 5% avait été annoncée pour le mois de juillet 2020.

Sujets associés : Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique a connu une augmentation de 24,38% entre 2010 et 2020, passant de 6 550 dirhams à 8 147 DH, ce qui représente une hausse...

Maroc : quid de la rémunération variable en ces temps de Covid-19 ?

Au Maroc, la rémunération variable sera le sujet de 2021. C’est du moins ce qu’affirme Achraf Dahbi, directeur d’activité au sein de LMS ORH.

Nous vous recommandons

Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Plus de 100 000 emplois menacés dans le secteur culturel au Maroc

La crise liée au Covid-19 a aggravé les problèmes auxquels étaient confrontés le secteur culturel depuis de nombreuses années, selon une étude qui vient d’être publiée par la Fédération des industries culturelles et créatives de la CGEM (FICC), en partenariat...

La corruption coûte chaque année des milliards d’euros au Maroc

Au Maroc, la corruption est l’un des principaux freins au développement. Le pays perd annuellement près de 50 milliards de dirhams à cause de ce fléau, malheureusement toujours présent dans le système de gouvernance, selon le...

Maroc- Algérie : Les échanges commerciaux continuent

Les relations entre les deux « pays frères », le Maroc et l’Algérie, n’ont jamais été un long fleuve tranquille et depuis quelques mois, elles se sont encore endurcies avec l’éternelle question du Sahara. Mais ce différend a-t-il empêché les échanges...

Le Maroc, leader francophone de l’externalisation des services

L’externalisation des services s’est imposée au Maroc où, avant la crise sanitaire, elle s’est hissée au rang de sixième puissant fournisseur des devises. Cette prouesse a valu, fin janvier, à la Fédération marocaine de l’externalisation des services (Fmes),...

Les MRE préfèrent investir dans le foncier et l’immobilier

Après l’épargne, la solidarité et le soutien aux familles, les Marocains résidant à l’étranger (MRE) investissent chaque année 10 % des transferts effectués dans le foncier et l’immobilier, selon le ministre des Finances Mohamed...