Maroc : l’Ordre des experts comptables sévèrement sanctionné

15 septembre 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’Ordre des experts comptables du Maroc vient d’être condamné par le Conseil de la concurrence à payer la somme de 3 millions de dirhams pour des pratiques anticoncurrentielles.

« Après délibérations et en application des dispositions de l’article 39 de la loi 104-12 (relative à la liberté des prix et de la concurrence, NDLR), le Conseil a pris la décision n°80/D/2022, par laquelle il a infligé une sanction pécuniaire de trois millions de dirhams (3 000 000 DHS) à l’encontre de l’Ordre des experts comptables », indique le Conseil de la concurrence dans un communiqué.

À lire : Concurrence déloyale : le Maroc veut "déchirer" l’accord de libre-échange avec la Turquie

Il est reproché à l’Ordre des experts comptables, la violation des dispositions de l’article 6 de la loi précitée, qui interdit les ententes, sous quelque forme et pour quelque cause que ce soit. « Ces pratiques de l’Ordre des experts comptables faussent le libre jeu de la concurrence sur le marché concerné et limitent l’accès des entreprises, notamment les petites et moyennes (PME), au marché des services d’audit comptable et financier à des prix concurrentiels », souligne le Conseil.

À lire : Billets à bas prix de RAM : une concurrence déloyale selon des experts

Selon le Conseil, l’Ordre est également accusé d’avoir inséré dans certains de ses documents, des dispositions anticoncurrentielles, en fixant un prix minimum dans un marché libre à la concurrence, alors que cela ne relève pas des missions qui lui ont été confiées par le législateur et qui sont définies par la loi n°15-89 régissant la profession d’expert-comptable et instituant un ordre des experts comptables.

À lire : Covid-19 : Mise en place des commissions pour contrôler la prise en charge dans les cliniques privées

L’Ordre des Experts comptables dispose de 60 jours pour introduire les amendements nécessaires, vider ses documents des dispositions anticoncurrentielles. Passé ce délai, une astreinte journalière fixée à 4000 DHS leur sera infligée, conclut le Conseil de la concurrence.

Sujets associés : Sanction - Conseil de la concurrence

Aller plus loin

Concurrence déloyale : le Maroc veut "déchirer" l’accord de libre-échange avec la Turquie

Lors de la séance des questions hebdomadaires à la Chambre des représentants, le ministre marocain de l’Industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid...

Billets à bas prix de RAM : une concurrence déloyale selon des experts

Après l’annonce de Royal Air Maroc de proposer des billets à bas prix pour permettre le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) cet été, le site internet de la...

Lourd redressement fiscal pour Nestlé Maroc

Nestlé Maroc s’est vu infliger un lourd redressement fiscal. En tout, un milliard de dirhams (110 millions de dollars) à verser à l’administration fiscale marocaine.

Covid-19 : Mise en place des commissions pour contrôler la prise en charge dans les cliniques privées

Face aux nombreuses plaintes enregistrées concernant le traitement réservé aux malades du Covid-19 dans les cliniques privées, les autorités ont décidé de mettre en place une...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Total Mauritanie dans le giron du groupe marocain Akwa Africa

Le rachat par Akwa Africa, filiale du groupe Akwa, holding du chef du gouvernement marocain, de la filiale mauritanienne du groupe énergétique français TotalEnergies sera bientôt officialisé. Au Maroc, le Conseil de la concurrence a donné carte blanche...

Maroc : vers la reprise de la franchise Celio

La gestion de Celio, la marque française de prêt-à-porter exclusivement réservée aux hommes et qui dispose d’une multitude de boutiques au Maroc, sera confiée à un autre holding. La procédure pour ce changement de main a démarré et pourrait aboutir...

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.