Le Maroc craint le scénario tunisien

19 janvier 2011 - 23h54 - Economie - Ecrit par : L.A

Le Maroc, méfiant après la révolution tunisienne, aurait acheté une importante quantité de céréales afin de gonfler ses stocks, pour contrer une éventuelle hausse des prix dans le Royaume.

La crise tunisienne aura réussi à semer le doute dans les pays du Maghreb. Craignant de voir le même scénario se dérouler sur leur sol, le Maroc, mais aussi l’Égypte, l’Algérie et la Libye, craignant une hausse des prix alimentaires, ont fait des achats massifs de produits céréaliers depuis le début de l’année.

Le Maroc aurait ainsi lancé un appel d’offre pour l’achat de 255.000 tonnes de céréales dont 155.000 tonnes de blé et 100.000 tonnes d’orge. Le Royaume reste toutefois bien loin de son voisin algérien qui a déjà commandé 1,6 million de tonne, et de l’Égypte avec 1,9 million de tonne.

Le Maroc, l’Égypte et l’Algérie subventionnent tous à hauteur de 40% le prix du pain et donc les importations de blé. Pour éviter des émeutes en raison de la hausse des prix de produits alimentaires, il est donc indispensable pour ces pays de maintenir le prix de ce produit de base, au moins jusqu’à la prochaine récolte.

Ces approvisionnements abondants de céréales, provenant principalement des pays d’Europe et des États-Unis et vendus à ce jour à 255 euros la tonne, pourraient donc représenter un coup dur pour le Maroc. Mais le calme n’en vaut il pas la chandelle ?

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Importations - Tunisie - Libye - Caisse de compensation

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Le paradoxe de la Caisse de compensation au Maroc : une aide pour les riches

Le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des finances, en charge du Budget, Fouzi Lekjaa, a révélé lors d’un débat général sur le Projet de loi de finances 2024 à la Chambre des représentants que la caisse de compensation profitait...

Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Le Maroc pourrait importer 5 millions de tonnes de céréales cette année

Le Maroc pourrait importer jusqu’à 5 millions de tonnes de céréales cette saison 2022-2023. Le royaume poursuit sa stratégie de diversification des sources d’approvisionnement dans un contexte climatique tendu.

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.