Pour un Maroc sans torture

28 juin 2007 - 00h02 - Maroc - Ecrit par : L.A

Chacun a sa manière de célébrer la journée mondiale contre la torture. Une dizaine d’associations et d’organisations marocaines des droits de l’Homme ont choisi de le faire à travers une série de manifestations qui visent à dénoncer l’usage de la torture sous toutes ses formes.
Sous le slogan "Pour un Maroc sans torture ", ces organisations ont annoncé lundi à l’issue d’une table ronde tenue à Rabat, la création du comité national contre la torture.

Ce comité s’engage à lever le voile sur les crimes et les châtiments infligés aux citoyens et à lutter contre l’impunité. Le collectif mettra en place un plan d’action national qui proposera différentes actions et initiatives en vue de traduire ces objectifs dans la réalité.

Dans le cadre également de cette commémoration de la journée mondiale contre la torture, ces associations devaient tenir hier un sit-in d’une demi-heure devant le siège du parlement à Rabat, en plus de manifestations artistiques sur ce phénomène au profit des jeunes.

A cette occasion, l’Organisation marocaine des droits de l’Homme, membre de ce collectif, a rendu public un communiqué dans lequel elle note, certes, avec satisfaction l’adoption d’une loi contre la torture, et ce, conformément à la convention des Nations unies qu’il a ratifiée. Cependant, elle ne manque pas d’attirer l’attention "sur les nombreux cas de torture, d’abus de pouvoir et pratiques arbitraires à l’encontre des citoyens, découlant notamment de l’absence de contrôle de la police judiciaire ainsi que des agents d’autorité et de sécurité". Face à cette situation, l’OMDH invite le Maroc à "accélérer" la ratification du protocole facultatif annexe à la Convention onusienne en la matière. Ce protocole donne mandat à des experts internationaux indépendants pour effectuer des visites régulières dans des lieux de détention sur les territoires des Etats parties, et exige de ces Etats qu’ils établissent un mécanisme national pour mener des visites dans des lieux de détention et coopérer avec les experts internationaux. L’organisation exhorte également le Maroc à "lever ses réserves" sur les deux articles de cette convention relatifs aux procédures de plaintes auprès du Comité onusien contre la torture.

De son côté, Amnesty International a rendu publique une déclaration dans laquelle elle a lancé un appel à tous les Etats en vue "d’éradiquer le fléau de la torture et toutes les autres formes de traitement ou châtiment cruel, inhumain ou dégradant". Alors que le monde célèbre cette année le 20ème anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, Amnesty International dresse un bilan de la situation dans le monde. Si elle se félicite de l’avancée supplémentaire accomplie dans ce domaine, en ce sens que le Protocole facultatif à la Convention, entré en vigueur le 22 juin 2006, a été signé par 56 Etats et ratifié par 34 autres, elle déplore toutefois que sur les 153 États et territoires étudiés dans le rapport de 2007 de l’organisation, au moins 102 avaient eu recours à la torture ou à d’autres mauvais traitements.

Libération - Amina Salhi

Sujets associés : Droits et Justice - Journée - Amnesty international (AI) - Torture

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.