Et si le Maroc prenait le virage du tourisme spirituel ?

17 avril 2021 - 08h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Avec l’engouement que connaît ces derniers temps le tourisme spirituel, le Maroc pourrait en faire une opportunité avec ses multiples atouts. Ceci pourrait faciliter la relance touristique dans le royaume.

Aujourd’hui dans le monde, environ 600 millions de personnes voyagent pour des raisons religieuses ou spirituelles, a indiqué à la MAP, l’expert en tourisme et développement durable, Hassan Aboutayeb, d’après les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Ainsi, avec son grand potentiel culturel et son héritage sacré, le Maroc peut devenir l’une des destinations prisées du tourisme spirituel au monde, fait savoir la Map. Pour Aboutayeb, le développement de ce filon pourrait être pour le Maroc « l’un des leviers et catalyseurs à même d’assurer une relance touristique pérenne tant attendue ».

Les amateurs du tourisme spirituel prennent plus en compte les aspects de la spiritualité, peu importe leur croyance, car « le tourisme spirituel dans ses différentes dimensions, va au-delà de la pratique religieuse », a-t-il souligné, précisant qu’avec les atouts du Maroc, cette alternative peut faciliter la promotion des hauts lieux spirituels du royaume comme la mosquée de Tinmel ou la Zaouia de Tamegrout, Zaouia Mghimima à Tata ou les Zaouias du Sahara ou celle du Cheikh Maelainine à Es-Smara.

Par ailleurs, « nos montagnes, nos plages, nos oasis, nos déserts, nos sources thermales purifiantes sont autant de lieux propices à la paix de l’esprit et de l’âme, aux marches contemplatives, à la méditation et à l’introspection », a martelé l’expert en tourisme et développement durable. Toutefois, « spiritualité ne rime pas toujours avec frugalité », a-t-il ajouté, estimant que « l’offre doit, dès lors, être structurée et bien conçue afin de répondre aux normes de confort internationales ».

De plus, « il est tout à fait possible de faire du tourisme expérientiel à travers un pèlerinage ou une retraite de jeûne thérapeutique tout en bénéficiant de la qualité et du confort d’un établissement hôtelier. La motivation du voyageur reste la même et le fait de diversifier l’offre va donc permettre de toucher des segments de marché plus larges », a-t-il proposé, soulignant que cela pourrait permettre au Maroc d’avoir un très bon résultat surtout en termes d’attractivité touristique pour une offre et une relance de qualité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Religion - Nature

Aller plus loin

Le roi Mohammed VI va donner une seconde vie aux sites juifs

Sur instructions du roi Mohammed VI, une vaste opération de restauration des synagogues, sanctuaires et cimetières juifs va être lancée au Maroc dans les prochains jours.

Maroc : voici les plages propres (Pavillon Bleu)

26 plages et un port de plaisance de la ville de Saïdia se sont vus décerner le label «  Pavillon Bleu  » pour l’année 2020. Ils offrent la sécurité dont les estivants ont...

Dakhla, une oasis au confluent de l’Atlantique et du Sahara

La nature a gratifié le Maroc d’une merveille aux larges de l’océan Atlantique. Il s’agit de la ville touristique de Dakhla, véritable oasis entre la Mer et le désert du Sahara.

Les trois plus beaux endroits à visiter au Maroc, selon Forbes

Outre Marrakech, qui attire le plus grand nombre de touristes chaque année, il existe trois endroits qu’il faut à tout prix visiter. Ces endroits se distinguent de par leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Au Maroc, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a engagé des concertations avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, en vue de la levée de l’interdiction pour les couples non-mariés de partager la...

Le Nord du Maroc mise sur l’aérien pour attirer des touristes

Les opérateurs touristiques du Nord du Maroc saluent l’implantation d’une base aérienne à Tétouan après celle de Tanger. L’infrastructure aéroportuaire va attirer davantage de touristes et booster à coup sûr le développement économique de la région.

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.

Chaâbane débute mercredi, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1444 de l’hégire correspond au mercredi 22 février 2023, a annoncé hier le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Maroc : un semestre record pour le tourisme et les transferts des MRE

La trajectoire ascendante entamée par le tourisme marocain depuis janvier se poursuit à fin juin. En témoignent les recettes enregistrées. Il en est de même pour les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le tourisme marocain bat des records

L’année 2023 a vu repartir à la hausse la fréquentation touristique au Maroc. Une embellie pour le tourisme marocain après les trois années noires qu’elle a connues à cause de la pandémie de Covid-19.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.