Le Maroc participe aux essais cliniques pour la sortie d’un vaccin anti-coronavirus

30 septembre 2020 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le Maroc participe activement aux essais cliniques en cours pour lutter contre la pandémie du coronavirus. À l’instar de plusieurs pays, le royaume a aussi engagé des recherches en vue de trouver un vaccin.

Le Maroc a annoncé le jeudi 20 août 2020, la conclusion de deux accords de coopération en matière d’essais cliniques du vaccin anti-Covid-19 avec le laboratoire chinois CNBG. Suite à cette annonce, plus de nouvelles pour rassurer la population. Le professeur Kamal Marhoum El Filali dissipe les doutes à ce sujet.

On retient de sa déclaration que pour l’élaboration d’un vaccin ou médicament, il existe un certain nombre de phases à respecter pour son efficacité. Il faut d’abord l’étape préclinique qui consiste à tester le vaccin sur les animaux afin de voir son intérêt au traitement de la pathologie. Ensuite, il faut passer à la phase clinique comportant plusieurs étapes. Ici notamment, il faut tester le produit sur le plan tolérance et, s’il est toléré à l’organisme, il s’ensuit la phase de la quantification. Si ces étapes sont validées et favorables, il faut alors passer à la phase 3, clarifie le professeur.

Le Maroc est actuellement à cette phase 3 où il faut tester le vaccin sur une catégorie beaucoup plus large de bénévoles voire plusieurs milliers de personnes. Le Maroc compte cependant 600 volontaires pour cette phase 3. Comparativement à d’autres pays, ce chiffre est bas, mais il manque de volontaires dans le royaume même si le risque existe dans les essais, note l’expert. L’important est que ce nombre trouvé soit accepté par la partie chinoise et que la fiabilité des résultats des essais soit garantie, explique le Matin.

En ce qui concerne les résultats, il va falloir attendre et suivre l’évolution de l’état des bénévoles. Ainsi, jusqu’à ce jour il n’y a pas eu des effets secondaires graves chez les bénévoles. De même, ils ne reçoivent aucune indemnité sauf pour rembourser les frais de déplacement ou des dédommagements pour les frais provoqués par ce processus précis. En ce qui concerne la phase 3, les volontaires sont divisés en deux groupes. Pour le premier, on injecte le vrai vaccin en test. Le deuxième reçoit le placebo, une substance sans principe actif mais dont la prise peut avoir un effet psychologique bénéfique sur le patient.

Le Maroc a signé, après la Chine, le 18 septembre dernier, un mémorandum d’entente pour l’acquisition d’un vaccin anti-Covid-19 produit par la société russe R-Pharm et développé à Oxford par la compagnie pharmaceutique AstraZeneca. Il permettra en effet au Maroc d’avoir dans quelques mois l’un des deux vaccins, selon les résultats prévus.

Il faut noter que pour mener à bien ce projet, des équipes spécialisées ont été formées au sein du CHU Ibn Rochd à Casablanca, CHU Ibn Sina et l’hôpital militaire de Rabat qui font le suivi de 200 bénévoles chacun, souligne Le Matin.

Sujets associés : Russie - Chine - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Un spray nasal pour traiter le coronavirus

Des chercheurs australiens d’une société de biotechnologie ont développé un spray nasal qui peut traiter les patients atteints du coronavirus. En témoignent les résultats d’une...

Vaccin anti covid-19 : deux laboratoires travailleront avec le Maroc

Le chef du gouvernement a annoncé au cours du Conseil du jeudi 24 septembre que le vaccin contre le Covid-19 sera disponible à la fin des essais cliniques qui ont démarré, il y...

Vaccination anti-Covid : le ministre de la Santé atteste de la réussite des essais cliniques

Le ministre de la Santé a déclaré que les essais cliniques auxquels ont participé 600 Marocains volontaires ont donné les résultats escomptés. Selon Khalid Ait Taleb, le Maroc...

Complément d’enquête s’intéresse à Moncef Slaoui (vidéo)

Le Marocain Moncef Slaoui, docteur et ancien directeur de GlaxoSmithKline attise toutes les curiosités. Le 15 mai 2020, le président américain, Donald Trump, lui a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Omicron : les contaminations repartent à la hausse au Maroc

L’épidémie du Covid-19 repart à la hausse au Maroc avec un taux de positivité de 40 % dans certaines régions. Une nouvelle vague de contaminations due au variant Omicron qui reste toutefois gérable selon les experts.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...