Au Maroc, la vie sexuelle commence à un âge précoce

10 avril 2022 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La plupart des jeunes marocains ont eu leur premier rapport sexuel entre 15 et 22 ans. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’Association marocaine de la planification familiale (AMPF).

Réalisée auprès de 600 jeunes âgés de 14 à 30 ans par l’AMPF en juin et juillet 2021 à Casablanca, Marrakech, Fès, Rabat et Oujda, cette étude révèle que chez les jeunes — un tiers de la population-, la vie sexuelle commence à un âge précoce, à 13 ans. La plupart d’entre eux ont eu leur premier rapport entre 15 et 22 ans. On note un pic de fréquence des rapports entre 16 et 19 ans. Pour les jeunes interrogés, l’âge moyen du premier rapport sexuel était de 18 ans pour les hommes et de 19 ans pour les femmes. 93 % d’entre eux affirment que ce rapport était consentant. 75 % des jeunes disent avoir eu des rapports sexuels non pénétrants. Les sondés affirment avoir eu leur premier sexuel entre amis (76,4 % des cas). 12 % des jeunes interrogés disent avoir eu des relations sexuelles avec des professionnelles du sexe. 11 % des sondés confient avoir eu leur premier rapport avec un fiancé ou un membre de la famille.

À lire : Rapport inquiétant sur la santé sexuelle des jeunes marocains

Pour 88 % des jeunes interrogés, la fréquence des rapports sexuels est occasionnelle, précisent les auteurs de l’étude, ajoutant que seulement un jeune sur dix (11 %) affirme avoir des rapports sexuels réguliers. La moitié des jeunes interrogés reconnaissent avoir eu des rapports non protégés, est-il encore précisé. D’après le rapport d’étude, quatre jeunes sur dix avouent n’avoir qu’une faible connaissance des moyens contraceptifs et des maladies sexuellement transmissibles. Seuls 14,8 % des jeunes disent parler de la santé sexuelle et de la reproduction avec leur famille, la sexualité étant toujours un sujet tabou dans la famille.

Sujets associés : Etude - Sexualité

Aller plus loin

Éducation sexuelle en Belgique : des associations musulmanes disent non

Les cours d’éducation sexuelle qui seront dispensés à tous les élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles tout au long de l’année scolaire ne plaisent pas à des institutions...

Une étude sur la préférence des jeunes marocains en matière de couple

Une étude réalisée par Oxfam et Rabat Social Studies Institute a permis de savoir la préférence des jeunes marocains en matière de couple. Cette étude porte sur le thème : "Les...

« La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste »

La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste et une représentation des relations dans les films sexuels imparfaite. C’est ce que révèle une...

Le HCP révèle des chiffres étonnants sur le mariage au Maroc

Entre 2004 et 2018, l’écart d’âge moyen entre les époux au Maroc est passé de 7,2 ans à 7,9 ans, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans une note intitulée « la femme et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Les adouls marocains vont préparer les jeunes mariés à la vie sexuelle

L’Ordre National des Adouls au Maroc, l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’unissent pour préparer les jeunes marocains au mariage. Une convention dans ce cadre, a été...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.