« La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste »

16 janvier 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La jeunesse marocaine est engagée dans une sorte d’éducation sexuelle néfaste et une représentation des relations dans les films sexuels imparfaite. C’est ce que révèle une étude consacrée à la perception de la jeunesse marocaine sur plusieurs concepts, dont l’éducation sexuelle.

Le rapport de cette étude intitulée « Towards sexual education : Moroccan youth’s perception between globality and islam » indique que les perceptions des jeunes marocains sur la sexualité sont façonnées à travers les discours d’immoralité au sein de la culture marocaine et les formes culturelles introduites par les médias et internet.

L’auteur de cette publication, Rachid Benharrousse, est chercheur au Centre d’études culturelles marocaines de l’Université de Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès. Il soutient que « la mondialisation façonne l’éducation sexuelle, en ce sens que la perception positive de l’éducation sexuelle est due à la globalité, puisque le jeune s’identifie à la culture occidentale dont il est témoin sur les médias et sur Internet, et cela conduit à une envie de vivre des relations sexuelles en dehors du mariage ».

Il s’avère donc indispensable le rôle que doivent jouer les écoles en matière d’éducation sexuelle. Seul frein : « ni les jeunes ni les éducateurs ne sont à l’aise pour discuter des problèmes sexuels ». En conséquence, « la sexualité des adolescents est donc enchevêtrée dans l’ambiguïté et l’indécidabilité ».

En tout, 72 jeunes Marocains âgés de plus de 18 ans ont été interrogés dans le cadre de cette recherche publiée dans Journal of Contemporary Studies of the Global South. La grande majorité semble comprendre ce que signifie l’éducation sexuelle et comment elle affecterait leur vie. 86,5 % d’entre eux ont affirmé qu’avoir un cours d’éducation sexuelle leur serait bénéfique contre 9 % ayant estimé que l’éducation sexuelle est un « parasite culturel susceptible de détruire la culture locale marocaine ».

Les jeunes ont été également interrogés sur les liens entre l’éducation sexuelle et la religion. 55 % des répondants affirment que la religion n’est pas contre l’éducation sexuelle. « Grâce à l’enquête, l’Islam n’est pas la base du problème mais plutôt les interprétations politiques faites, puisque la majorité des participants sont en faveur de l’inclusion de l’éducation sexuelle […] », relève le chercheur, déplorant que les dirigeants et jeunes « semblent avoir des compréhensions et des points de vue opposés », se félicite le chercheur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Etude - Jeunesse - Sexualité

Aller plus loin

L’inquiétant point de vue des jeunes marocains sur la violence faite aux femmes

La majorité des jeunes marocains estiment que la violence faite aux femmes est "normale". C’est que révèle une étude commanditée par Oxfam Maroc.

« L’éducation sexuelle touche plus les parents que les mosquées »

Le Porte-parole du Conseil théologique des imams du Rhône, recteur et imam de la mosquée Othman de Villeurbanne, Azzedine Gaci s’est confié à Mizane Info sur les difficultés...

Éducation sexuelle en Belgique : des associations musulmanes disent non

Les cours d’éducation sexuelle qui seront dispensés à tous les élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles tout au long de l’année scolaire ne plaisent pas à des institutions...

Au Maroc, la vie sexuelle commence à un âge précoce

La plupart des jeunes marocains ont eu leur premier rapport sexuel entre 15 et 22 ans. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’Association marocaine de la planification...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...