Une Marocaine d’Espagne crée la cannette de vin « Zeena »

20 avril 2021 - 19h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Sana Khouja, la Barcelonaise d’origine marocaine, innove en créant son propre vin en cannette. La marque «  Zeena  » cartonne déjà et pourrait être exportée dans de nombreux pays dans les prochains mois.

Sana, 33 ans, avait travaillé pendant 5 ans en qualité de directrice des Opérations, dans un domaine viticole à Priorat en Catalogne. Après une formation aux États-Unis, elle s’est rendu compte que le vin en cannette peut toucher un public qui n’est pas intéressé par le vin en bouteille.

À son retour en Espagne, elle a sorti Zeena, un vin présenté en cannette. « En 2018, j’ai décidé que je voulais rester dans l’industrie du vin, un monde du vin où l’innovation n’est pas la bienvenue, et quand je suis allée aux États-Unis, j’ai vu comment tout le monde avait accès à ces vins en canettes  », explique-t-elle.

« J’ai dû chercher des fournisseurs de canettes, car les canettes de vin ne sont pas comme des canettes de soda, elles ont un film spécial qui les protège du contact avec l’aluminium. J’ai dû m’informer sur les différents produits, la compatibilité du vin avec la canette, les mois de vie, les qualités qui sont sur le marché. », ajoute-t-elle.

« Nous ne sommes pas en concurrence avec la bouteille de vin, mais plutôt avec la bière produite aussi en canette  », souligne Sana qui fait savoir que Zeena est un moyen simple de boire du bon vin à la plage, en camping. Il peut être livré avec de la nourriture et dans les hôtels. « Notre première production a été vendue à 100 % en ligne sur le marché national l’année dernière, au profit des restaurants… Nous prévoyons de multiplier notre production par 50 pour exporter vers les marchés d’Amérique latine et d’Europe. »

Sana Khouja rassure par ailleurs sur la qualité de son produit. « Tout ce que nous produisons est écologique, avec la certification appropriée et de très haute qualité.  », souligne-t-elle, donnant quelques avantages de son produit. « Envoyer une caisse de 6 bouteilles aux États-Unis peut coûter en moyenne 100 dollars. Envoyer 8 litres de vin en canettes de 250 cl, coûte 49 dollars », indique-t-elle.

Pour Sana Khouja, son parcours dans le secteur du vin est très similaire au nom qu’elle a mis sur sa canette : Xena, princesse guerrière en grec.

Sa mère, une musulmane pratiquante, l’a soutenue dans la réalisation de son rêve. « Un jour, nous étions dans la cuisine ensemble et elle m’a dit : ’Tu devrais retourner au Priorat, car je ne t’ai jamais vu aussi heureuse que quand tu étais là-bas.’

Sana est consciente de la particularité de son produit et surtout de l’effort qu’elle devra fournir pour se faire une place dans ce monde, en tant que « Barcelonaise d’origine marocaine ». « La première année, il y avait deux Garnachas bio de Terra Alta, un rouge et un blanc. Et maintenant, nous allons lancer le rosé, également à base de grenache 100 %, sans sucre et essence ajoutés ", précise-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Consommation - Alimentation - Alcool

Aller plus loin

L’alcool coûtera plus cher au Maroc

L’alcool coûtera plus cher l’année prochaine au Maroc. Cette augmentation du prix fait suite à la hausse du la taxe sur les boissons alcoolisées prévue dans le projet de loi de...

Sana Khouja, la Marocaine qui a révolutionné le monde du vin en Espagne

Sana Khouja, jeune femme d’affaires d’origine marocaine, a brisé les barrières raciales, économiques et de genre pour inscrire son nom dans le monde viticole espagnol. En 2019,...

Maroc : la vente des boissons alcoolisées interdite durant le ramadan

À Rabat, les musulmans ne pourront pas consommer des boissons alcoolisées tout au long du mois de ramadan. Une directive du ministère de l’Intérieur interdit la vente des...

Maroc : baisse de 20% de l’importation de boissons alcoolisées

Les importations des boissons alcoolisées ont chuté de plus de 20 % en 2020 au Maroc. Toute la chaîne d’importation de ces produits a été durement touchée par la crise sanitaire.

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Les prix de la viande au Maroc résisteront-ils à la sécheresse ?

Les prix de la viande connaîtra-t-il une augmentation au Maroc à cause de la sécheresse qui touche le Maroc depuis quelques années ? Voici la réponse d’un expert du secteur.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...