À Marrakech, le tourisme se meurt

31 mai 2021 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

À Marrakech, la crise sanitaire liée au coronavirus frappe durement le tourisme. Sans une visibilité pour l’été, hôteliers, restaurateurs, agenciers de la ville ocre, conteurs, musiciens et charmeurs de serpents désespèrent. Ils appellent à la levée des restrictions sanitaires.

«  Les serpents et les singes sont morts… bientôt on va les suivre  », déclare à l’AFP Mariam Amal. Cette musicienne se produisait sur la célèbre place Jemaa el-Fna, mais la pandémie de Covid-19 a mis à mal son activité. «  C’est la première fois de son histoire que la place est vide  », assure celle qui jouait sur la place depuis l’âge de 10 ans. Beaucoup d’artistes «  se retrouvent à mendier pour survivre  », confie cette musicienne professionnelle de 55 ans. En 2019, Marrakech avait accueilli trois millions de touristes, mais la fermeture des frontières et les restrictions sanitaires ont mis le tourisme à rude épreuve.

«  J’ai d’abord commencé par vendre mon frigo, ma machine à laver, avant de décider de changer de métier  », raconte le conteur Hicham El Hench, qui vit dans une situation précaire. «  J’ai déposé les armes. Depuis trois mois, je ne travaille plus  », confie ce père de deux enfants qui travaillait «  depuis sa plus tendre enfance  » sur la place et gagnait environ 10 euros par jour. Le trentenaire dit avoir tenté de se recycler dans la vente de fruits et légumes, «  mais ça n’a pas marché  ».

La crise sanitaire a également produit un impact négatif sur l’activité des hôteliers, restaurateurs et agenciers de Marrakech. «  L’année 2020 a été catastrophique, 2021 le sera aussi si les frontières restent fermées  », estime le responsable d’un grand hôtel, rappelant que la clientèle étrangère représente 70% du flux touristique à Marrakech. La moitié des 200 hôtels de la ville est actuellement fermée, «  et si nous n’avons pas de visibilité pour l’été, plusieurs mettront la clé sous la porte  », assure ce professionnel ayant requis l’anonymat.

En 2020, 2,2 millions de touristes sont arrivés au Maroc, soit une baisse de 78% par rapport à 2019, selon les chiffres officiels. Le tourisme contribue fortement à l’économie marocaine. Le secteur représente 7% du PIB. Selon le ministère des Finances, les recettes du secteur touristique qui avoisinaient 80 milliards de dirhams en 2019, ont chuté de 65% jusqu’à début 2021. «  Lever les restrictions, c’est la seule voie pour sauver le tourisme  », estime un opérateur. Les professionnels du secteur avaient d’ailleurs fait un plaidoyer dans ce sens.

Sujets associés : Marrakech - Tourisme - Hôtellerie - Restauration - Ministère de l’Economie et des Finances

Aller plus loin

Marrakech veut accueillir normalement les touristes

Les opérateurs touristiques exerçant à Marrakech appellent les autorités à lever les restrictions afin de leur permettre de se refaire une bonne santé financière pendant la...

Reprise timide de l’activité touristique à Marrakech

L’activité touristique reprend progressivement à Marrakech, après des mois de cessation du fait de la crise sanitaire. La ville accueille de plus en plus de touristes depuis la...

Marrakech : la vie renait timidement sur la place Jemaâ El-Fna

L’assouplissement des restrictions et la batterie de mesures prises pour relancer le tourisme au Maroc semblent déjà avoir des effets positifs. Après des mois de vaches maigres,...

Tourisme : le Maroc a perdu 12 milliards de dirhams en 4 mois

Les recettes touristiques sont encore en baisse depuis le début de l’année au Maroc, fait savoir la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), prévoyant un recul...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Touristes au Maroc : les chiffres d’une année record

Quelque 13,2 millions de personnes ont visité le Maroc durant les onze premiers mois de 2023, battant le record absolu de 12,9 millions de touristes de toute l’année de 2019, selon le ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et...

Maroc : les recettes touristiques en hausse par rapport à 2021

La reprise de l’activité touristique observée depuis l’ouverture des frontières se confirme au Maroc. À fin mai, les recettes ont atteint 20 milliards de dirhams, en hausse de 173 % par rapport à 2021.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Au Maroc, le tourisme se remet des effets de la pandémie de Covid-19

Lentement mais sûrement, l’industrie touristique se remet progressivement du Covid-19. C’est ce qui ressort de la présentation du budget du ministère du Tourisme devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Le Maroc, 3ᵉ meilleure destination dans le monde arabe

Le Maroc figure à la 3ᵉ place des pays arabes ayant enregistré le plus grand nombre d’arrivées de touristes en 2022, selon l’office Mondial du Tourisme (OMT).

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.

Tourisme : le Maroc voit grand pour le second semestre

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) a réuni mercredi à Casablanca ses délégués à l’étranger pour faire le point des activités menées dans le cadre de la relance des marchés touristiques et mutualiser les efforts pour le second semestre 2022.

Maroc : un semestre record pour le tourisme et les transferts des MRE

La trajectoire ascendante entamée par le tourisme marocain depuis janvier se poursuit à fin juin. En témoignent les recettes enregistrées. Il en est de même pour les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.