Meryame Kitir, l’ex-ouvrière Ford d’origine marocaine, entre au gouvernement belge

2 octobre 2020 - 10h00 - Belgique - Ecrit par : J.K

Meryame Kitir, c’est le nom de la ministre de la Coopération au développement et en charge des Grandes villes dans le gouvernement d’Alexander De Croo. Née de parents marocains qui avaient émigré dans les années 60 vers la Belgique, la socialiste flamande, 40 ans, a grandi à Maasmechelen.

Meryame Kitir entre chez Ford à Genk, comme ouvrière à partir de 1999. Elle y découvre le syndicat socialiste, s’y engage et en devient déléguée. Elle s’y fait distinguer par Steve Stevaert, alors numéro un du parti socialiste flamand et fait ses premières armes sous ses ailes.

En 2006, elle arrive au conseil communal de Maasmechelen où elle a réussi se faire élire, avant d’échouer à la Chambre, là, également à la faveur des urnes, à l’issue des élections fédérales de 2007. Ne se sentant nullement encombrée, elle cumule les deux charges (à la chambre et à l’usine Ford) pendant les premières années.

Meryame Kitir

Le 25 octobre 2012, elle frappe les esprits avec son discours sur la fermeture annoncée de l’usine Ford à laquelle elle se sent si liée. Réélue en 2014, elle accède un an après, au fauteuil de cheffe de groupe, en succession à Karin Temmerman. Elle devient une icône de l’opposition à la suédoise de Charles Michel.

En 2016, Meryame Kitir arrive au conseil communal de Genk. L’an dernier, elle a obtenu 31 816 voix de préférence lors du scrutin fédéral.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Immigration - Meryame Kitir

Aller plus loin

Belgique : À 15 ans, le jeune Marocain Salah Eddine Dassy intègre l’université

À seulement 15 ans, le jeune Belgo-Marocain Salah Eddine Dassy entame des études d’ingénieur de gestion à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son...

Deux MRE ouvrent une académie de football en Belgique

Deux Marocains, l’un ancien défenseur du Wydad Casablanca, Naim Aarab, évoluant désormais à Tubize (D2 belge) et l’autre Ibtissam Bouharat (ex-joueuse d’Anderlecht et du PSV...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les excuses de Meryame Kitir à ceux qu’elle aurait pu « blesser involontairement »

Après deux mois de silence, Meryame Kitir, ancienne ministre belge de la Coopération, s’est adressée dimanche à ses collègues et autres avec lesquels elle a collaboré durant son mandat au sein du gouvernement belge.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.