Ministres marocains : "nos postes nous ont appauvris"

17 février 2015 - 17h03 - Maroc - Ecrit par : J.L

Plusieurs membres du gouvernement Benkirane affirment avoir été appauvris par leurs responsabilités ministérielles. L’un des ministres dont la fortune a baissé, n’est autre que le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch, également patron du groupe Akwa holding, 20e homme le plus riche d’Afrique, avec une fortune estimée à 1,4 milliard de dollars, selon le magazine américain Forbes.

Parmi les ministres les plus touchés par la stagnation ou la baisse de leur fortune, on retrouve Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies et patron du groupe Saham, dont la fortune est estimée par Forbes à 500 millions de dollars, rapporte quotidien Akhbar Al Yaoum.

Le ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid avoue que ce qu’il gagnait avec son cabinet d’avocat, à Casablanca, est très supérieur à son salaire de ministre.

Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur affirme pour sa part que ce qu’il possédait avant de devenir ministre est en baisse continue et approche aujourd’hui le néant, précise le journal qui a interrogé certains ministres sur leurs véritables fortunes.

La fortune du ministre de l’Habitat Nabil Benabdellah se limite à une maison, encore sous crédit, et un local qu’il possède avec deux autres personnes, faisant toujours l’objet de prélèvements bancaires.

Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi, qui avait acheté une villa de 240 m2, à Harhoura, région de Rabat, quelques mois seulement après sa nomination à ce poste, soutient qu’il s’est offert sa nouvelle maison grâce à la vente d’une dizaine de biens immobiliers, dont il a hérité de son grand-père à Kénitra. El Khalfi compte aussi céder un terrain agricole qu’il possède avec d’autres héritiers à Doukkala.

Les ministres marocains devraient soumettre avant fin février de nouvelles déclarations de patrimoine à la Cour des Comptes. Cette mesure concerne les membres du gouvernement Benkirane ayant déjà passé trois ans à leurs postes.

Les déclarations doivent être faites avant l’expiration du délai légal de deux semaines après fin février courant, précise le quotidien Akhbar Al Yaoum. Les ministres et les ministres délégués n’attendent que le feu vert du chef du gouvernement pour procéder aux nouvelles déclarations de leurs patrimoines, précise une source du journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aziz Akhannouch - Moulay Hafid Elalamy - Mustapha Ramid - Akhbar Al Yaoum - Lahcen Daoudi

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

L’Espagne « humiliée » par le Maroc, selon José Maria Aznar

L’ancien président du gouvernement espagnol, José María Aznar, a déploré jeudi à Séville le fait que Mohammed VI n’ait pas reçu Pedro Sanchez à son arrivée à Rabat, considérant cet acte du Maroc comme une « humiliation ».

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Maroc : la grande réforme du Code de la famille est lancée

Suite aux instructions du roi Mohammed VI, le gouvernement d’Aziz Akhannouch s’active pour la réforme du Code de famille.

Total Mauritanie dans le giron du groupe marocain Akwa Africa

Le rachat par Akwa Africa, filiale du groupe Akwa, holding du chef du gouvernement marocain, de la filiale mauritanienne du groupe énergétique français TotalEnergies sera bientôt officialisé. Au Maroc, le Conseil de la concurrence a donné carte blanche...

Le Maroc contraint de s’adapter aux nouvelles exigences des touristes

Le gouvernement marocain s’active à renforcer les capacités des acteurs du secteur du tourisme pour suivre les tendances et les évolutions mondiales et s’adapter aux nouvelles exigences des touristes.

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le secteur de l’hôtellerie.

Le tourisme au Maroc : une nouvelle feuille de route ambitieuse pour 2023-2026

Le Chef du Gouvernement marocain a présidé une cérémonie de signature pour le déploiement d’une feuille de route stratégique pour le tourisme 2023-2026. Celle-ci a pour objectif d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de...

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.