Mohamed Abrini : le viol des yézédies est un « projet de natalité »

13 janvier 2022 - 13h00 - Monde - Ecrit par : P. A

Accusé d’avoir participé aux préparatifs des attentats du 13 novembre à Paris, Mohamed Abrini dit ne rien se reprocher et ne condamne pas non plus ces attaques. Le Marocain était à la barre mardi lors du procès ouvert sur cette affaire.

Au début de l’interrogatoire, Mohamed Abrini a nié les faits et rejeté toute responsabilité dans ces attaques, précisant qu’il n’était même pas à Paris ce 13 novembre. Mais il ne condamne pas non plus ces attentats et les considère plutôt comme une réponse aux bombardements occidentaux en Syrie, fait savoir bx1.

Abrini reconnaît s’être rendu en Syrie pour se recueillir sur la tombe de son frère djihadiste, décédé en 2014 alors qu’il était en prison. L’accusé soutient que c’est après cet épisode qu’il a adhéré à l’idéologie de l’État islamique, mais ne se considère pas comme un radicalisé.

À lire : Attentats de Paris : les craintes de l’avocat de Mohamed Abrini

Pour lui, la charia est la loi divine et tout musulman doit faire le djihad. Interrogé sur les viols des milliers de femmes et d’enfants yézédies, victimes d’esclavage sexuel par Daech, le Marocain a donné une réponse glaçante : « Vous appelez ça viol, d’autres diraient projet de natalité ».

Pour la partie civile, l’état d’esprit de Mohamed Abrini n’a pas évolué depuis les attentats. Son avocat, le Bruxellois Stanislas Eskenazi, a tenté de corriger les propos de son client qui, selon lui, sont le résultat des six ans passés en prison. « Quand on reste seul aussi longtemps dans une cellule, on a le temps de se bourrer le crane tout seul », a-t-il déclaré dans un entretien accordé à la RTBF.

Trois des proches de Mohamed Abrini, dont sa mère et son ex fiancée, devaient témoigner à la barre mercredi. Mais tous ont refusé de se présenter.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Procès - Etat islamique - Daech - Mohamed Abrini

Aller plus loin

L’attentat de Zaventem raconté par Mohamed Abrini

Mohamed Abrini, l’un des neuf accusés des attentats de Bruxelles qui ont fait 32 morts en mars 2016 dont 16 à l’aéroport Zaventem, raconte sa version des faits.

Attentats de Paris : les craintes de l’avocat de Mohamed Abrini

Stanislas Eskenazi, l’avocat du belgo-marocain Mohamed Abrini craint que « les vivants » paient « pour les morts » dans le cadre du procès historique des attentats de Paris.

Attentats du 13 Novembre : un Belgo-marocain récuse les accusations portées contre lui

Un Belgo-marocain a comparu libre devant la cour d’assises spéciale de Paris dans le cadre du procès des attaques terroristes du 13 novembre 2015 au Stade de France, des...

Attentats de Paris : Salah Abdeslam et Mohamed Abrini au Maroc ?

Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, deux des principaux suspects des attentats qui ont touché plusieurs quartiers de Paris, sont recherchés dans leur pays d’origine, le Maroc. Les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...