Recherche

Nouvelles accusations de Nasser Zefzafi

© Copyright : DR

25 août 2019 - 07h20 - Société

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) se dit très surprise par les allégations et autres mensonges, évoquant des tortures et de mauvais traitements dans plusieurs établissements du pays. La DGAPR s’inscrit en faux et rassure de son engagement à respecter les droits de chaque prisonnier.

Des plaintes ont été déposées pour traitements dégradants et laxisme concernant la gestion de certaines procédures en désaccord avec le respect des droits de l’homme.

Ainsi, en réponse aux dénonciations publiées sur les réseaux sociaux, la DGAPR, dans une mise au point, a expliqué que pour le premier cas, tout serait parti d’une histoire de bons d’achats à l’épicerie. En effet, la réglementation en vigueur en matière de gestion des économats et cantines à l’intérieur des établissements pénitentiaires interdit qu’un détenu bénéficiant de bons d’achats les mette à la disposition d’autres pensionnaires. Malheureusement, certains détenus de la prison locale de Ras El Maa à Fès, violent allègrement cette disposition établie s’exposant aux conséquences, est-il précisé.

Tout en balayant d’un revers de main les accusations portées contre elle, la DGAPR réitère son engagement à veiller à ce que le personnel pénitentiaire traite convenablement les prisonniers dans le strict respect de la loi, affirme-t-on.

Convaincue d’agir depuis toujours dans la stricte limite de ses prérogatives, la DGAPR dénonce la manipulation de l’opinion publique et précise qu’elle fera face avec rigueur à toute tentative ayant pour but de ralentir le bon fonctionnement des établissements pénitentiaires.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact