Recherche

Nourdine, Belgo-marocain, "humilié" à l’aéroport de Casablanca

© Copyright : DR

23 mai 2020 - 08h30 - Société

Nourdine fait partie des nombreux Belges encore bloqués au Maroc depuis trois mois. Après la réception d’un message de confirmation pour le dernier vol de rapatriement, il ne se doutait pas que le cauchemar allait continuer.

"Nous vous confirmons que vous avez été retenu(e) pour le dernier vol de retour humanitaire qui aura lieu cette semaine." Ce mail de l’ambassade de Belgique au Maroc a réjoui le cœur de Nourdine qui espérait rejoindre enfin ses cinq enfants. "Je suis Belge ! Mes cinq enfants, tous mineurs, m’attendent en Belgique. Alors, quand j’ai enfin reçu la confirmation que j’étais parmi les passagers du dernier vol humanitaire, je pensais que mon cauchemar était enfin fini."

Il monte dans le bus qui devrait le transporter de Tanger à l’aéroport de Casablanca. Contre toute attente, les choses se compliquent. "Il y avait une file incroyable à l’aéroport et aucune mesure de sécurité n’était mise en œuvre. Nous étions tous collés les uns aux autres", décrit le Bruxellois. La suite ? Une dame lui a signifié qu’il ne pourrait pas monter dans l’avion. Raison évoquée : problème de domiciliation en Belgique, découvert via son numéro national.

Nourdine est stupéfait. "Elle a prétexté un problème de domiciliation en Belgique, découvert via mon numéro national. Mais c’est un problème communal mineur, et il faut que je rentre pour le régler", explique-t-il, ajoutant que son numéro national figure sur tous les documents qu’il leur a fournis. "Pourquoi attendre que je sois à Casablanca pour soulever ce problème alors que j’ai été contrôlé à Tanger ?," fulmine-t-il de colère.

Il a beau attendre pendant trois ou quatre heures pour recevoir des réponses à ses questions, rien n’y fera. "J’ai dû attendre trois ou quatre heures et quand je suis retourné la voir, sa seule réponse a été de me dire qu’elle n’avait pas de temps à m’accorder. Elle a préféré appeler la police et l’ambassadeur."

Ce dernier a été désagréable avec lui. "[…] C’est une immense humiliation ; on me prend pour du poisson pourri. C’était encore pire avec l’ambassadeur qui était d’une arrogance inimaginable. Il a osé me demander si je voulais de l’argent…"

Après cet épisode, plus rien. "Je suis déçu ; c’est une catastrophe. J’ai envoyé plein de mails, sans réponse, se plaint Nourdine. C’est désespérant. Ça va faire trois mois que je suis bloqué loin de ma famille et il n’y a personne pour nous aider."

Mots clés: Belgique , Rapatriement

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact