De nouvelles règles pour la zone de libre échange arabe

23 juin 2008 - 23h22 - Economie - Ecrit par : L.A

Doucement mais sûrement et surtout discrètement. C’est la démarche qu’a choisie le Maroc pour remettre de l’ordre dans la masse de dispositions tarifaires qui découlent des nombreux accords de libre-échange signés avec les pays arabes. Des accords qui, par leur multiplicité, ont posé un réel problème en matière de règles d’origine et de bases de taxation.

Par exemple, le Maroc est lié par trois accords avec l’Egypte et la Tunisie : un accord bilatéral, l’accord quadripartite d’Agadir et, enfin, l’accord de la zone de libre-échange de la Ligue arabe. Ces accords, tels qu’ils ont été négociés, ont souvent mis en place des règles d’origine mal définies.

C’est le cas de l’accord de la zone de libre-échange arabe qui adoptait la fameuse règle des 40%. A savoir qu’un produit importé par le Maroc d’un des pays signataires de l’accord ne peut bénéficier de la franchise des droits de douane qu’à la condition que 40% au moins de la valeur ajoutée soit réalisée dans le pays en question.

Le Maroc s’est rendu compte que cette règle trop générale laissait la porte ouverte aux abus. Et c’est précisément pour y remédier que des comités d’experts marocains font depuis le début de l’année un forcing pour faire accepter aux autres pays, notamment les pays du Golfe, une nouvelle façon de faire : les règles d’origine spécifiques. Le principe consiste, en fait, à remplacer la règle des 40% qui était appliquée à tous les produits sans distinction, par des taux adaptés à chaque type de produit, d’où l’appellation « spécifiques ».

Les nouvelles circulaires pas avant la fin 2008

« Il ne s’agit pas seulement de décider d’un taux de valeur ajoutée. Parfois, il s’agit d’entrer dans des détails plus subtils sur l’origine des autres matières qui servent à la fabrication, sur le type de transformations acceptée comme étant de la valeur ajoutée, etc. », explique un cadre de la douane.

Et si, au début du processus, certains pays, notamment du Golfe, étaient réticents à la mise en place de ces règles d’origine spécifiques, le Maroc a pu rallier à sa cause d’autres pays comme la Tunisie. Selon l’administration des douanes, pour 70% des produits industriels de la liste proposée par le Maroc, les nouvelles règles ont été approuvées par les pays de la zone de libre-échange arabe. Pour les produits agricoles, en revanche, seule la moitié de la liste a été adoptée.

Une fois le nouveau dispositif entièrement finalisé, ce sera à l’administration des douanes de publier les circulaires concernant les nouvelles règles d’origine. Cela n’interviendra sans doute pas avant fin 2008 .

Source : La vie éco - M. C.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Importations - Exportations - Accord de libre échange - Douane marocaine - Ligue arabe

Ces articles devraient vous intéresser :

Jet-skis, bateaux de plaisance... que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a mis en place un régime d’admission temporaire pour les moyens de transport maritimes privés, en particulier les bateaux de plaisance, appartenant à des personnes résidant à l’étranger.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

Retraités MRE : les conditions d’octroi de l’abattement de 90% (douane)

Depuis plusieurs années maintenant, la douane marocaine a mis en place un abattement de 90 % pour les MRE retraités souhaitant dédouaner leur véhicule au Maroc. Pour ce faire, plusieurs conditions sont requises comme expliqué dans le dernier guide...

Aïd Al-Adha : combien coûte un mouton importé ?

Le prix du mouton importé serait de l’ordre de 2 850 dirhams et non 700 dirhams, selon une rumeur distillée sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’indique la Fédération marocaine des acteurs de la filière élevage (FMAFE).

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Marchandises et cadeaux : que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a démenti les rumeurs selon lesquelles une nouvelle taxation serait appliquée aux cadeaux importés par les voyageurs marocains ou étrangers.