La pastèque marocaine est de bonne qualité

3 juillet 2021 - 08h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Depuis quelque mois, la pastèque marocaine fait l’objet d’une campagne de dénigrement, notamment en Europe, poussant le ministère de l’Agriculture à assurer sur la qualité de ce fruit très consommé par les Marocains et très prisé à l’étranger.

La pastèque produite au Maroc et commercialisée sur le marché répond aux normes de sécurité sanitaire des aliments. Ainsi, les informations qui circulent concernant ce fruit sont complètement fausses, a expliqué le ministre en se basant sur les diverses analyses réalisées par l’Office national de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA), dans le cadre du plan de surveillance et de contrôle de la pastèque durant la campagne en cours (année 2021).

A lire : Europe : la pastèque marocaine supplante celle d’Almeria

Ces analyses ont montré que la pastèque ne contient aucun contaminant, surtout les résidus des pesticides, des métaux lourds (plomb et cadmium) et des bactéries (salmonelles et coliformes). De plus, les rumeurs affirment une baisse des exportations à cause de la qualité du produit. Mais, le 20 juin 2021, un tonnage de 218 000 tonnes de pastèques a été exporté pour le compte de la campagne, soit l’équivalent du tonnage exporté l’année dernière. « Ces exportations ont été destinées principalement aux pays de l’Union européenne. Par ailleurs, le système européen de surveillance n’a signalé aucune non-conformité sur la pastèque marocaine exportée durant les 5 dernières années », a souligné le ministère.

A lire : Espagne : 81 % des pastèques importées sont marocaines

Pour information, chaque année, l’ONSSA met en place des plans de surveillance et de contrôle des fruits et légumes, même la pastèque, pour identifier la présence de résidus de pesticides dans ces produits au niveau des exploitations agricoles, des marchés de gros, des grandes et moyennes surfaces et des stations de conditionnement. De plus les semences importées sont soumises à un contrôle technique et phytosanitaire systématique aux frontières pour vérifier leur conformité aux normes et aux spécifications en vigueur au niveau national avant leur mise sur le marché. D’ailleurs, « toutes les variétés végétales (y compris les semences) destinées à la commercialisation au niveau national sont préalablement inscrites au catalogue officiel national des variétés cultivables au Maroc, après avoir rempli toutes les conditions nécessaires », a conclu le ministère.

Sujets associés : Union européenne - Agriculture - Office national de sécurité sanitaire et des produits alimentaires (ONSSA)

Aller plus loin

Le Maroc interdit la culture de la pastèque rouge à cause de la sécheresse

Face à la sécheresse qui sévit cette année au Maroc, le gouvernement a décidé d’interdire la culture de la pastèque rouge, un fruit qui contribuerait fortement au stress...

Maroc : les semences de pastèque ne sont pas génétiquement modifiées

Les semences végétales utilisées au Maroc dans la culture des pastèques ne sont pas génétiquement modifiées. C’est l’assurance donnée par les autorités de la Sécurité Sanitaire...

Les fruits et légumes marocains toujours prisés en Europe

En novembre 2020, les importations communautaires de fruits et légumes frais du Maroc vers l’Europe ont atteint 1,4 million de tonnes, soit une augmentation de 9 %...

Vente de pastèques en Europe : le Maroc surpasse l’Espagne

Pour la première fois, les ventes de pastèques marocaines ont dépassé celles de l’Espagne sur le marché de l’Union européenne. C’est ce que révèle le service statistique...

Ces articles devraient vous intéresser :

Norme « Euro 6 » : le patronat marocain demande un moratoire à l’Europe

Dans une demande formulée depuis juillet, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) demande du temps avant la mise en application de la norme antipollution dénommée « Euro 6 » déjà en vigueur en Europe et qui sera appliquée à partir de...

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Le groupe marocain OCP renforce son soutien aux agriculteurs africains

Dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées alimentaires au niveau international, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a décidé d’intensifier ses efforts pour soutenir les agriculteurs africains. 4 millions de tonnes (Mt) d’engrais...

La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

Accord de pêche Maroc - UE : inquiétude en Andalousie

Alors que l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, essentiel pour la province andalouse de Cadix, approche de son terme le 17 juillet, l’angoisse grandit au sein des équipages de pêche andalous. Ces derniers, qui dépendent des eaux...

De belles perspectives pour la production marocaine d’huile d’olive

La Commission européenne est optimiste pour la production marocaine d’huile d’olive, avec une forte augmentation cette année.

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du Haut-commissariat au Plan (HCP).

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.