Pierre Robert affirme avoir travaillé pour la DST française

8 septembre 2003 - 17h39 - France - Ecrit par :

L’intégriste français Pierre Robert, poursuivi au Maroc pour son implication présumée dans les attentats du 16 mai à Casablanca, a affirmé lundi devant ses juges à Rabat avoir travaillé à diverses reprises pour la DST (police française).

Pierre Robert, interrogé devant le tribunal de Rabat où il se trouve en procès avec ses 33 "complices" marocains, a assuré avoir effectué des "enquêtes" dans les milieux islamistes, en France et en Belgique, pour le compte de la DST (Direction de la Surveillance du Territoire, NDLR).
"J’ai été contacté à l’époque de la Coupe du Monde de 1998 par la DST pour enquêter dans les réseaux islamistes algériens en France et je l’ai fait", a précisé le français, qui encourt la peine de mort au Maroc, précisant que "des sommes d’argent" lui avaient été remises pour cette mission.
Citant un contact dénommé à la DST "Monsieur Luc", Pierre Robert a assuré avoir été une nouvelle fois contacté après cette première enquête, pour une mission "dans les milieux islamistes en Belgique". "Ce que j’ai également fait", a assuré le prévenu.
Les 34 accusés jugés à Rabat, dont le Français serait "l’émir", sont poursuivis dans le cadre de l’enquête sur les cinq attentats quasi-simultanés qui ont fait 45 morts - dont 12 kamikazes - dans le centre-ville de Casablanca le 16 mai dernier.
Le procès, plusieurs fois reporté, a repris lundi après un ajournement décidé notamment en raison de "l’état de fatigue" du prévenu français. Celui-ci assure été "torturé et violé", a indiqué vendredi à l’AFP son avocat français Me Vincent Courcelle-Labrousse.
Le prévenu a fait une allusion crue à cette accusation, lundi devant le juge, en affirmant, à propos de ses démélés avec la police française, que cette dernière "n’interroge pas les gens en les faisant asseoir sur une bouteille".
Me Courcelle-Labrousse, du barreau de Paris, est venu au Maroc participer à la défense de Pierre Robert aux côtés de son avocat marocain, Me Abdelfattah Zahrach.
Pierre Robert, qui s’exprimait en français et dont les propos étaient traduits par un interprète, s’est à plusieurs reprises plaint d’être interrompu par le juge, au cours de ses réponses. "Il m’empêche de m’exprimer" s’est-il exclamé.
Le Français est présenté comme un "maillon essentiel" du terrorisme au Maroc. Lui et ses 33 "complices" marocains, passibles de la peine de mort, sont tous présumés liés au groupe islamiste radical de la Salafia Jihadia.

Source : AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Casablanca - Terrorisme - Procès - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...