Maroc : un président de commune du PJD donne des pots-de-vin à des élus dans un bar

24 mars 2019 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

L’affaire de la députée Maelainine qui aurait enlevé son voile à Paris a l’air d’une rigolade à côté de celle-ci ! Un président de commune du parti islamiste PJD vient d’être arrêté et condamné dans une sordide et étrange affaire de corruption.

Au début, le président de commune (commune de Haddada) voulait faire tomber deux élus pour chantage. Ces derniers le faisaient chanter au sujet de textes dont il cherchait l’adoption au sein du conseil communal sans pour autant disposer de la majorité. Il les a donc piégés. Et où ? Dans un bar.

Ils ont été arrêtés en flagrant délit, en train de recevoir, dans un bar de Kénitra, un pot-de-vin de la part du président de commune PJDiste. C’était il y a quelques mois. Mais ces derniers n’en sont pas restés là et ont eux-mêmes esté contre le président de la commune affirmant qu’il leur avait proposé 60.000 dirhams pour faire adopter des textes de loi.

Selon Al Akhbar, cette plainte a été validée et l’enquête a dévoilé que le président de commune du PJD proposait en effet des sommes d’argent en contrepartie de soutien et de vote pour l’adoption de textes. Il y aurait même des enregistrements l’incriminant. Soulignons que le président de commune a tout nié en bloc mais que le tribunal l’a condamné malgré tout à quatre mois de prison ferme et à une amende de 6.000 dirhams pour corruption.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Kenitra - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Maroc : des anciens présidents de communes soupçonnés de mauvaise gestion

De graves irrégularités ont été relevées par les nouveaux conseils communaux, notamment des grandes villes, dans la gestion des impôts et taxes locaux par leurs prédécesseurs.

Maroc : une affaire de vol éclabousse le PJD

Fatima Al Kohl, représentante communale du Parti de la Justice et du développement (PJD) du Chef du Gouvernement, Saâdeddine El Othmani, a été condamnée par le Tribunal de...

Maroc : un maire condamné à 2 ans de prison pour corruption

Le président de la commune d’Ouled Aissa a écopé de deux ans de prison, dont 10 mois fermes, et d’une amende de 10 000 DH. Tel est le verdict rendu par la cour criminelle de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.