En prison au Maroc, Ali Aarass bénéficiera de l’aide du consulat belge

13 septembre 2014 - 18h34 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

C’est une petite victoire pour le Belgo-marocain Ali Aarass, emprisonné au Maroc depuis 2008 pour appartenance à un groupe terroriste, en l’occurrence le réseau Belliraj.

Jeudi, la 3e chambre de la cour d’appel de Bruxelles a confirmé la décision du tribunal de première instance selon laquelle le détenu pourra bénéficier des visites hebdomadaires du consulat belge au Maroc.

Ces visites se feront donc conformément au principe de protection consulaire incluse dans plusieurs conventions internationales paraphées par la Belgique.

Si la décision n’est pas respectée, l’Etat belge sera condamné à cent euros par jour de retard « dans le mois qui suit le prononcé de l’arrêt ». Cette condamnation fait suite à la plainte déposée par l’avocate d’Ali Aarass, qui affirme que son client subit des mauvais traitements en prison.

Ali Aarass a été arrêté en 2008 dans la ville autonome de Melilla alors qu’il était en compagnie de sa famille. L’homme a ensuite été extradé vers le Maroc et condamné pour terrorisme et appartenance au réseau Abdelkader Belliraj, du nom de ce belgo-marocain qui, selon les autorités marocaines, était le cerveau d’une cellule terroriste démantelée au Maroc en février 2008.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Terrorisme - Droits et Justice - Melilla - Abdelkader Belliraj - Ali Aarrass

Aller plus loin

Le SOS des proches d’un Espagnol en prison à Tétouan

César, un Espagnol détenu à la prison de Tétouan depuis deux ans, risque d’y rester pendant encore un bon moment s’il n’arrive pas à payer l’amende. Sa famille et sa petite amie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...