Maroc : une amnistie pour les producteurs de cannabis ?

8 mars 2015 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

L’amnistie des producteurs marocains de cannabis est une nouvelle fois réclamée par le groupe parlementaire de l’Istiqlal à la chambre des Représentants.

Dans son édition de ce weekend, le journal Assabah rapporte que le groupe parlementaire de l’Istiqlal (opposition) emmené par Noureddine Mediane, demande à ce que soit adoptée une loi visant à amnistier les producteurs de cannabis du nord du pays.

Le groupe « fait pression sur la Commission de la Justice pour adopter un projet de loi visant à amnistier les cultivateurs de cannabis dans le nord du royaume », écrit le journal.

« Cette culture pourrait être bénéfique pour les citoyens, si elle est effectuée sur des surfaces limitées », soutient Noureddine Mediane rejetant l’argument de ceux qui y voient une visée électoraliste même si, reconnaît-il, « le fait que des producteurs de cannabis craignent d’être emprisonnés influe négativement sur les inscriptions sur les listes électorales ».

Une amnistie réclamée depuis déjà de nombreuses années

Cette demande d’amnistie envers les cultivateurs rifains, qui seraient plus de 300.000, n’est pas nouvelle. Le parti de l’Istiqal avait déjà tenté de défendre cette cause en 2012 et avant lui, le Parti Authenticité et Modernité, ainsi que les associations locales, avaient proposé de légaliser la production de cannabis.

Interrogé par Bladi.net en 2013, le militant rifain Chakib El Khayari affirmait que la légalisation de la culture de cannabis sauverait des milliers de producteurs rifains des griffes des barons de la drogue et serait une bouffée d’oxygène pour l’économie nationale. Mais attention, le militant propose cette légalisation uniquement à des fins industrielles et médicales.

Le Maroc est aujourd’hui l’un des premiers producteurs au monde de cannabis. D’après l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), la production de cette drogue a rapporté l’année dernière 114 milliards de dirhams au pays, soit plus de 10% de la richesse nationale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Istiqlal - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Chakib Khyari - Nouredine Mediane - Cannabis

Aller plus loin

Le Maroc reste le premier producteur mondial de cannabis

Malgré un recul de la production, le Maroc reste le premier producteur mondial de cannabis avec un poids économique représentant près de 10% de la richesse nationale.

Chefchaouen : des coups de feu entre producteurs de cannabis à cause de l’eau d’irrigation

Deux grandes familles de producteurs de cannabis se sont affrontés, mardi dernier, dans une bataille sanglante qui avait pour cause l’eau d’irrigation. Une arme à feu a été...

L’ONU s’oppose à la légalisation du cannabis au Maroc

L’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) a mis en garde le Maroc contre la légalisation de la culture du cannabis, estimant que ce projet pourrait fort bien...

Les producteurs de cannabis au Maroc exploités à des fins électorales

Des rifains membres de l’association amazighe « Sanhaja Rif » font appel au Palais et au ministère de l’Intérieur pour mettre fin à l’exploitation, par les partis politiques, de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.