La légalisation du cannabis sauverait l’économie marocaine

1er août 2013 - 23h37 - Economie - Ecrit par : J.L

Environ 800.000 Marocains vivent de la culture de cannabis au Maroc, dont les ventes avoisinent annuellement 10 milliards de dollars, soit 10% du PIB national. Cette culture s’avère même être une alternative sérieuse pour booster l’économie du pays, estiment des responsables marocains cités par le quotidien britannique "The Independant".

L’exploitation du cannabis à des fins industrielles aiderait le Maroc à dépasser son déficit économique qui a atteint 197 milliards de dirhams en 2012 et apaiserait les tensions des populations dans la région du Rif, écrit The Indépendant.

Un projet de loi sur la légalisation de la culture de cannabis serait ratifié dans moins de trois ans, promettent des dirigeants du Parti Authenticité et Modernité (PAM), appelant à l’ouverture d’un dialogue national autour de la culture de cannabis.

Le Parti Justice et Développement (PJD) insiste sur l’exploitation des vertus thérapeutiques du cannabis, en développant une industrie pharmaceutique et attirer des investissements étrangers.

L’Istiqlal, cité également par "The Independant", rapporte que des villages entiers du Rif sont désertés par leurs hommes. 300.000 Rifains seraient poursuivis pour avoir cultivé du cannabis.

Adil Benhamza, porte-parole du Parti de l’Istiqlal fait remarquer "nous cultivons de l’orge et du raisin et on les transforme en bière et vin, alors il est où le problème ?".

Chakib El Khayari, militant rifain, membre du collectif marocain pour l’usage médical et industriel du kif contacté par Bladi.net, nous apprend qu’il a engagé des discussions avec des organisations internationales pour l’organisation au Maroc du 2e forum mondial des producteurs de cultures déclarées illicites, dont la première édition avait eu lieu à Barcelone en Espagne.

Une journée d’étude sur le projet de légalisation de la culture de cannabis au Maroc, sera organisée au Parlement en septembre, suivie d’une réunion officielle entre le collectif marocain pour l’usage médical et industriel du kif et le Parti Justice et Développement (PJD), ajoute El Khayari.

D’après le dernier rapport de l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), le Maroc est le plus gros exportateur mondial de haschich.

Sujets associés : Drogues - Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Chakib Khyari - Adil Benhamza - Légalisation du cannabis au Maroc

Aller plus loin

Maroc : le parti au pouvoir contre la légalisation du cannabis

Le parti de la justice et du développement (PJD) vient d’exprimer dans un communiqué son refus catégorique d’une légalisation du cannabis au Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...