La légalisation du cannabis sauverait l’économie marocaine

1er août 2013 - 23h37 - Economie - Ecrit par : J.L

Environ 800.000 Marocains vivent de la culture de cannabis au Maroc, dont les ventes avoisinent annuellement 10 milliards de dollars, soit 10% du PIB national. Cette culture s’avère même être une alternative sérieuse pour booster l’économie du pays, estiment des responsables marocains cités par le quotidien britannique "The Independant".

L’exploitation du cannabis à des fins industrielles aiderait le Maroc à dépasser son déficit économique qui a atteint 197 milliards de dirhams en 2012 et apaiserait les tensions des populations dans la région du Rif, écrit The Indépendant.

Un projet de loi sur la légalisation de la culture de cannabis serait ratifié dans moins de trois ans, promettent des dirigeants du Parti Authenticité et Modernité (PAM), appelant à l’ouverture d’un dialogue national autour de la culture de cannabis.

Le Parti Justice et Développement (PJD) insiste sur l’exploitation des vertus thérapeutiques du cannabis, en développant une industrie pharmaceutique et attirer des investissements étrangers.

L’Istiqlal, cité également par "The Independant", rapporte que des villages entiers du Rif sont désertés par leurs hommes. 300.000 Rifains seraient poursuivis pour avoir cultivé du cannabis.

Adil Benhamza, porte-parole du Parti de l’Istiqlal fait remarquer "nous cultivons de l’orge et du raisin et on les transforme en bière et vin, alors il est où le problème ?".

Chakib El Khayari, militant rifain, membre du collectif marocain pour l’usage médical et industriel du kif contacté par Bladi.net, nous apprend qu’il a engagé des discussions avec des organisations internationales pour l’organisation au Maroc du 2e forum mondial des producteurs de cultures déclarées illicites, dont la première édition avait eu lieu à Barcelone en Espagne.

Une journée d’étude sur le projet de légalisation de la culture de cannabis au Maroc, sera organisée au Parlement en septembre, suivie d’une réunion officielle entre le collectif marocain pour l’usage médical et industriel du kif et le Parti Justice et Développement (PJD), ajoute El Khayari.

D’après le dernier rapport de l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), le Maroc est le plus gros exportateur mondial de haschich.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Chakib Khyari - Adil Benhamza - Légalisation du cannabis au Maroc

Aller plus loin

Maroc : le parti au pouvoir contre la légalisation du cannabis

Le parti de la justice et du développement (PJD) vient d’exprimer dans un communiqué son refus catégorique d’une légalisation du cannabis au Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : remaniement ministériel imminent

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, prévoit de réaménager son équipe. Certains ministres devraient perdre leurs postes.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...