Des gendarmes séquestrés par des producteurs de cannabis à Taounate

29 mars 2013 - 23h08 - Maroc - Ecrit par : J.L

Deux gendarmes qui étaient à la recherche de présumés producteurs de cannabis au douar Mchaâ, dans la région de Ghafsaï, le weekend dernier, ont été séquestrés pendant plusieurs heures par des habitants du douar, les accusant de vouloir exercer des pressions sur des agriculteurs de cannabis.

D’après les habitants du village, les deux gendarmes auraient tenté d’entrer sans autorisation dans la maison d’une femme dont ils cherchaient le mari. Des agriculteurs, alertés par les cris de la femme, se sont munis de bâtons et ont encerclé les agents. Les otages ont été libérés grâce à l’intervention de l’un des leurs, qui a promis l’ouverture d’une enquête aux agriculteurs pour vérifier leurs propos.

A Mchaâ, douar jouxtant la région de Ketama où se trouve les plus grandes surfaces cultivées de cannabis, les agriculteurs accusent la gendarmerie de faire chanter les producteurs de cannabis.

Actuellement plusieurs milliers de Rifains feraient l’objet de poursuites judiciaires pour avoir cultivé du cannabis, affirme Nouredine Mediane, député du parti de l’Istiqlal et fervent défenseur de la légalisation de la culture du cannabis au Maroc.

Selon l’organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), 47.000 hectares de terres servaient à la culture de cannabis au Maroc en 2011.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Corruption - Otages - Insolite - Taounate - Police marocaine

Ces articles devraient vous intéresser :

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.